Test Blu-ray : Creepshow – Saison 2

0
1229

Creepshow – Saison 2


États-Unis : 2021
Titre original : –
Création : Greg Nicotero
Acteurs : Kevin Dillon, Ali Larter, C. Thomas Howell
Éditeur : ESC Éditions
Durée : 4h30 environ
Genre : Série TV, Fantastique
Date de sortie DVD/BR : 30 mars 2022

De nouvelles histoires d’horreur ressuscitent nos pires cauchemars d’enfance…

La saison

[4/5]

Diffusée sur le réseau Shudder aux États-Unis (un service de SVOD spécialisé dans l’horreur et le fantastique), la série Creepshow a survécu au « Grand Confinement » ayant marqué l’année 2020 : la deuxième saison du show, composée de cinq épisodes, est en effet arrivée avec un peu de retard afin de réjouir les nombreux amateurs de ces contes horrifiques, inspirés des publications EC Comics des années 50 et développant une morale tordue à base de violents retours de karma qui évoquera finalement aux amateurs tout autant Les Contes de la Crypte que La Quatrième dimension.

Comme d’habitude avec la série, cette deuxième saison de Creepshow nous donnera donc à voir une poignée de personnages mauvais et/ou abrutis qui récolteront finalement toujours le fruit de ce qu’ils ont semé : dans Creepshow, il vaut mieux être attentif dans les souhaits que l’on exprime, sous peine de se voir rattrapé par le destin. Et le fait est qu’il y a quelque chose de particulièrement satisfaisant dans le fait de voir le sort réservé aux personnages de la série. Certains épisodes proposent des éléments assez dérangeants, comme l’histoire de ce jeune garçon fasciné par les monstres, malmené à l’école et par son beau-père, qui recevra une petite aide de l’au-delà pour s’affirmer On pense aussi à cet épisode se déroulant dans l’espace, qui nous donnera carrément à voir la fin du monde. D’autres sont ouvertement plus loufoques et amusants, tels que cet épisode mettant en scène Ted Raimi venant faire estimer le Necronomicon, un objet étant « dans sa famille depuis longtemps », dans une émission de type « Affaire conclue », et qui s’impose comme un désopilant spin-off de Evil Dead, à la fois gore et cartoonesque.

L’ombre de George A. Romero plane également de façon assez nette sur la série, mais Greg Nicotero et son équipe rendent également un hommage assez vibrant au film d’Eugenio Martín Terreur sur le Shanghaï Express (1972), dont il utilise plusieurs séquences dans le cinquième et dernier épisode de la saison. On peut expliquer ce choix par le fait qu’à la suite d’une négligence concernant ses droits d’exploitation, le film est définitivement entré dans le domaine public sur le territoire américain depuis quelques années : l’utilisation d’images de ce film est de ce fait possible, sans avoir à payer de droits.

Composant de façon habile avec les limites de leur budget, les équipes de KNB derrière Greg Nicotero nous livrent par ailleurs ici une poignée d’effets spéciaux old school assez remarquables, tout en se servant du concept même de Creepshow (l’adaptation de BD) afin, parfois, d’éviter le recours à des effets visuels trop onéreux. De la même façon, de nombreuses scènes du show sont baignées dans une variété de teintes profondes et évocatrices qui donnent à la série un aspect lugubre qui rappelle parfaitement les vieilles bandes dessinées macabres dont elle s’inspire.

L’autre particularité notable de Creepshow, c’est de nous proposer des caméos en pagaille, et notamment de stars ayant joué dans plusieurs films cultes des années 80/90 : on notera donc ici la présence de Kevin Dillon (Le Blob), Ali Larter (Destination Finale), C. Thomas Howell (Hitcher), Ted Raimi, Josh McDermitt (Eugene dans The Walking Dead), Keith David (The Thing), Ashley Laurence (Hellraiser), Ryan Kwanten (True Blood), Molly Ringwald (Breakfast Club), Barbara Crampton (Re-Animator), Denise Crosby (Simetierre) ou encore Justin Long (Jeepers Creepers). Du beau monde pour cinq épisodes à voir et à revoir !

Le coffret Blu-ray

[4/5]

Comme pour la première saison il y a un peu plus d’un an, c’est ESC Editions qui sort aujourd’hui Creepshow – Saison 2 sur support Blu-ray, et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’éditeur a plutôt soigné sa copie : le résultat est superbe, définition au taquet, piqué d’une précision redoutable, couleurs éclatantes de naturel… Les scènes nocturnes, évidemment nombreuses, notamment sur épisodes 4 et 5, ne marquent par ailleurs aucune baisse de définition – on est vraiment en présence d’un beau coffret, proposant un excellent boulot technique. Tout juste regrettera-t-on l’utilisation d’un master en 1080i, qui provoquera quelques saccades, surtout repérables sur les séquences tournées en animation. Même constat d’excellence pour les pistes son : VF et VO sont mixées en DTS-HD Master Audio 5.1 et s’imposent sans peine par leur dynamisme de tous les instants, proposant des effets parfois surprenants, dont l’impact est encore renforcé par un caisson de basses survitanimé. La répartition et le placement des voix est très subtil et le tout délivre une parfaite efficacité, c’est absolument remarquable. On notera cependant que l’épisode 5 ne dispose pas de version française, et n’est par conséquence proposé qu’en VO sous-titrée.

Du côté des suppléments, on trouvera un épisode spécial de Noël, diffusé fin 2020 sur Shudder, et intitulé « Les Griffes du Père Noël ». Très amusant dans son genre, il met en scène un groupe d’entraide pour métamorphes pris d’assaut par une armée de Pères Noël bien décidés à leur faire la peau.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici