Accueil Tags Pascal Greggory

Tag: Pascal Greggory

Critique : Frankie

0
"Frankie" s'avère très riche en abordant avec finesse et pudeur le thème positif de la naissance des couples, celui, plus négatif, de leur mort, et celui, encore plus sombre, d'une mort annoncée.

Critique : L’heure de la sortie

0
Sébastien Marnier conduit son récit avec un talent certain, ce qui, après "Irréprochable", en fait un réalisateur dont on suivra les prochaines réalisations avec attention.

Test Blu-ray : Le serpent aux mille coupures

0
Souvent considéré comme une exclusivité américaine, le cinéma d'action made in France ne rencontre généralement pas de franc succès dans les salles de l'hexagone. Pourtant, de petits chefs d’œuvres se suivent avec une certaine régularité, devenant au fil du temps des films cultes et prouvant à ceux qui en douteraient que les réalisateurs français sont également très capables quand il s'agit de livrer des bandes d'exploitation badass et sans concessions : Dobermann (1997), Total western (2000), Nid de guêpes (2002), Nuit blanche (2011), La proie (2011) ou encore Antigang (2015) sont autant de preuves flagrantes que les français en ont suffisamment dans le falzar pour nous proposer d'excellents films de genre n'ayant rien à envier aux grosses productions américaines.

Test Blu-ray : Glacé – Saison 1

0
Glacé désire manifestement jouer dans la cour des grands, avec un triller « à l'américaine », tellement sous influence qu'il prend finalement rapidement des allures de patchwork de série B, perclus de clichés, évoquant entre autres dés ses premières minutes deux thrillers des années 90 à qui la série par la suite ne ne cessera jamais de faire penser : Le silence des agneaux (pour le psychopathe manipulant tout le monde depuis sa cellule) et Les rivières pourpres (pour le décor de montagne, les Alpes laissant place aux Pyrénées).

Critique : Le Serpent aux mille coupures

0
On ne peut pas dire que le polar à la française se porte franchement comme un charme ces derniers temps. Car entre les éternelles comédies franchouillardes et autres drames conjugaux, pas grand monde n’ose s’affirmer dans la série noire populaire comme il y en avait pléthore à une époque lointaine. Certes, des Olivier Marchal ou Frédéric Schoenderffer nous livrent régulièrement des films du genre, mais pas toujours pour notre plus grand bonheur, et la plupart des cinéastes oeuvrant dans le genre ont le choix entre partir aux Etats Unis afin de bénéficier de budgets plus confortables, ou bien à en être réduits à cachetonner sur des comédies populaires comme les Fred Cavayé ou Florent Emilio Siri en ont fait l’expérience récemment. Entre tout ça, une personnalité comme Eric Valette n’en est que plus précieuse, car même s’il s’est également laissé tenter un temps par l’aventure Hollywoodienne, il a fini par revenir en France, et ne s’est jamais fourvoyé dans des projets ne lui convenant pas. C’est ainsi que depuis l’excellent « La proie » en 2011, il n’avait plus tourné pour le cinéma, se contentant d’épisodes de séries TV comme Braquo ou Sable noir. Il revient donc avec l’adaptation du roman du même nom de l’écrivain français DOA, publié aux Editions Gallimard en 2009, dans la collection « Série noire ». L’attente est-elle récompensée ?

Critique : Bye Bye Blondie

0
Dans le cadre de la thématique Femmes Femmes des 15èmes Journées Dionysiennes de l'Ecran de Saint-Denis, Virginie Despentes est l'une des invités d'honneur, l'occasion notamment de redécouvrir ce qui est pour l'instant son meilleur film, une histoire d'amour entre Béatrice Dalle et Emmanuelle Béart. A voir ce dimanche 8 février à 16h45...