Dossiers — 02 août 2013
Je les connais bien, je leur ai serré la main #12

Lorsque j’ai commencé cette chronique, il y a deux ou trois mois, je m’étais dit que cela serait un très bon exercice pour moi en terme d’écriture, et que cela me permettrait de savoir si un de mes (trop nombreux) projets, rédiger un recueil de mes souvenirs de festivals les plus marquants, avait une chance de rencontrer un public, même restreint. J’arrive au bout de 3 mois environ de chroniques hebdomadaires, et malgré les forts sympathiques messages que j’ai reçu de la part de trois ou quatre lecteurs (que je remercie très sincèrement ici), le trop peu de retour me pousse vers l’arrêt de cet exercice. Je vais donc continuer à animer festivals et avant-premières avec beaucoup de plaisir, mais je garderai mes souvenirs pour moi, comme je le fais déjà depuis 14 ans.

Ayant cependant le goût du panache, je tenais à quitter la scène avec un dernier baroud d’honneur. Alors voilà, pêle-mêle, les derniers souvenirs qui traînent dans ma boîte crânienne.

L’anniversaire de Kirk Douglas à Deauville, il y a 13 ou 14 ans. Comité restreint, Kirk est assis à deux chaises de Frédéric Beigbeder, il ne parle plus très clairement et a du mal à se tenir debout, mais bordel, c’est Kirk Douglas. Je débute, je suis impressionné ; mais je suis surtout impressionné par l’extrême gentillesse et la grande humilité de cet immense acteur.

Lors de mon premier festival de Cannes, il y a plus de 10 ans, je me suis débrouillé pour être très bien placé à la conférence de presse de George Lucas pour l’épisode 1 ou 2 de Star Wars. C’était un grand moment pour moi, et j’étais naturellement excité à l’idée de le revoir à Deauville, lorsqu’il est venu présenter THX 1138 en version restaurée et numérique. J’ai réussi à faire prendre une photo de nous deux côte à côte, ce que je ne fais jamais ; et quand je vois la photo, je ne comprend pas pourquoi je l’ai fait – elle est hideuse. Bref, je n’ai pas discuté avec lui, nous n’avons eu à peu près aucun contact ; et du coup je n’ai pas grand chose à en dire.

Ceux qui m’ont impressionné, et ému ? Danny Glover, James Caan, Ellen Burstyn, Sydney Pollack, Martin Scorsese, Ryuichi Sakamoto, Takeshi Kitano, Brian Cox, Daniel Day-Lewis, Harrison Ford. Ceux-là sont venus spontanément, je cherche si j’en ai d’autres pour grossir la liste. Je garde également un très bon souvenir du regretté Jocelyn Quivrin avec qui nous avions passé de très bons moments à Deauville. Un garçon formidable, sympa et talentueux. Son numéro de portable est toujours dans mon annuaire, je me refuse à l’effacer. Il y est aux côtés de ceux de Claude Chabrol, de Serge Rousseau, de tous ces gens qui sont partis et que j’ai eu le privilège de côtoyer quelques temps.

Ryan Gosling

(c) David Rault

Sinon, quoi d’autre ? Bradley Cooper est sympa, mais pas autant que Aaron Eckart avec qui nous avons eu une discussion surréaliste en pleine conférence de presse sur la signification de « spinner ». Guy Pearce et moi avons eu une autre discussion de plusieurs heures au bar de l’hôtel Normandy au sujet de son idole Jeff Buckley, que j’avais croisé lui aussi au temps où je bossais pour Sony Music. Quand j’ai tendu le dossier de presse original de Clockwork Orange à Malcolm McDowell pour qu’il me le signe, il m’a fait une très belle dédicace, mais quand je lui ai demandé de rajouter « pour David », il m’a dit que s’il faisait ça, le dossier allait perdre de la valeur et se vendra moins cher. Je n’en suis pas revenu. Je lui ai dit que je ne le vendrai jamais, et il a rajouté la ligne. Et je l’ai encore. Je me souviens de Andie McDowell, très belle et pieds nus lors de sa conférence de presse à Deauville il y a une éternité.

Je me souviens des frères Affleck, enfin de Ben surtout, qui avait des soucis ce jour là à Deauville, vu son air absent et sa maigreur. Je l’ai revu plus tard à Paris pour animer la présentation de Argo, il était de très bonne humeur et en meilleure forme. Je me souviens de Ed Harris, acteur génial et type terrifiant dans la vie – mais vraiment. Heather Graham, aussi, avec qui nous avions pris quelques photos en coulisses à Marrakech, et qui n’aurait peut-être pas dû se pencher comme ça. Hugh Jackman, étonnant avec son look de garçon de bureau propre sur lui. John McTiernan et sa manie de rester debout en toutes circonstances – j’espère qu’il va bien dans sa cellule. La très grande sympathie de Jonathan Demme, formidable réalisateur de documentaires depuis peu. Leonardo DiCaprio, répétant seul tous ses textes de discours, impressionnant de professionnalisme. Roman Polanski, Philippe Noiret, Michel Serrault, Sylvester Stallone, Arnold Schwarzenegger, Matt Damon, Al Pacino, Will Smith, Clint Eastwood, Ryan Gosling, Gérard Depardieu, Pierre Mondy, Charlize Theron, Michael Moore, Robert Downey Jr, Hideo Nakata, Robert Altman, Steven Soderbergh, Shinji Aoyama, Wong Kar Wai, Philip Seymour Hoffman… Je m’en souviens encore.

Ed Harris & Viggo Mortensen

(c) David Rault

Il y a aussi un comédien que je n’ai pas encore eu la chance de croiser : Robert DeNiro. J’ai toujours bon espoir. J’y crois.

Tom Arnold, qui a profité de sa conférence de presse à mes côtés pour annoncer au monde qu’il avait été abusé sexuellement dans son enfance. Et Vin Diesel, bien sûr, à propos duquel je pourrai dire bien des choses mais bon. Vous n’aurez qu’à regarder l’excellent Fucking Kassovitz pour vous faire une idée.

Allez, c’est tout. J’arrête. Ca fait name-dropping maintenant, ça n’a aucun intérêt. J’ai fait le tour.

Un très grand merci à toute l’équipe de critique-films.fr et à mes lecteurs.

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
David Rault

Cet article a été rédigé par David Rault, Chroniqueur de Critique Film. Twitter : @davidrault