Critique : Nos cérémonies

0
1446

Nos cérémonies

France : 2022
Titre original : –
Réalisation : Simon Rieth
Scénario : Simon Rieth, Léa Riche
Interprètes : Simon Baur, Raymond Baur, Maïra Villena
Distribution : The Jokers / Les Bookmakers
Durée : 1h44
Genre : Drame, fantastique
Date de sortie : 3 mai 2023

3/5

Synopsis : Royan, 2011. Alors que l’été étire ses jours brûlants, deux jeunes frères, Tony et Noé, jouent au jeu de la mort et du hasard… Jusqu’à l’accident qui changera leur vie à jamais. Dix ans plus tard et désormais jeunes adultes, ils retournent à Royan et recroisent la route de Cassandre, leur amour d’enfance. Mais les frères cachent depuis tout ce temps un secret…

La nuée de Just Philippot (2021), Les cinq diables de Léa Mysius (2022), La montagne de Thomas Salvador (2023), 3 films français récents qui débutent de façon réaliste et qui, petit à petit, glissent vers un fantastique « lo-fi ». C’est dans cette famille qui semble prendre de l’ampleur dans notre pays que vient se placer Nos cérémonies, le premier long métrage de Simon Rieth, un film présenté à la Semaine de la Critique de Cannes 2022. Très intéressé par le monde de la jeunesse et, particulièrement, par le passage de l’adolescence à l’âge adulte, le réalisateur nous présente 2 frères, Tony, l’aîné, et Noé. Au début du film, ils ont une dizaine d’années, ils sont à Royan durant l’été, Tony est amoureux de Cassandre, une fille de son âge, et les deux frères, à force de flirter avec la mort dans leurs jeux, découvrent chez Noé le don de ressusciter Tony. De plus, un secret très lourd à porter, lié à un décès, un secret qu’il serait inopportun de révéler, va s’introduire dans la relation entre les 2 frères. Quand on les retrouve 10 ans plus tard, toujours à Royan, ils sont à l’âge qui intéresse particulièrement le réalisateur, leur relation est un mélange d’amour, de rivalité, de jalousie, de domination et ils ont des comportements totalement différents avec les jeunes femmes, Tony passant de l’une à l’autre, Noé étant beaucoup plus doux et plus timide.

Simon Rieth qui affirme avoir été inspiré à la base par Britannicus, a choisi de faire entrer le fantastique dans son film pour ce que ce genre pouvait y apporter en émotion, en mise en scène, en cinéma. C’est avec beaucoup de minutie et de précision qu’il a travaillé avec ses comédiens en amont de la réalisation et avec Marine Atlan, sa cheffe opératrice, pour la mise en image, le but étant d’obtenir d’obtenir l’image la plus lumineuse possible. Concernant les interprètes des deux frères devenus adultes, Simon Rieth n’osait pas espérer trouver deux véritables frères pour incarner Tony et Noé à l’écran. C’est pourtant ce qui est arrivé avec Simon Baur et Raymond Baur, deux frères ayant acquis précédemment une certaine notoriété en tant que pratiquants à haut niveau d’un art martial chinois, le wushu. On notera que c’est Simon, le plus jeune des deux frères, qui interprète le rôle de Tony, l’ainé dans le film. Quant à Cassandre, c’est également une débutante à l’écran, Maïra Villena, qui l’interprète. Ces 3 jeunes comédiens novices apportent à leur jeu une grande fraicheur qui bénéficie au film et le rend recommandable malgré un certain nombre de scènes trop étirées dans le temps.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici