http://www.lebenssalz.ch http://www.paulplaza.nl http://www.ostendsurfing.be http://www.qsneaker.nl http://www.wtcbentille.be http://www.thegooddeal.ch http://www.kantoorencreatief.nl
Critiques de films Fantastique Horreur — 06 février 2013
The Bay

The Bay

USA : 2012
Titre original : The Bay
Réalisateur :
Scénario : Michael Wallach
Acteurs : Kristen Connolly, Jane McNeill, Christopher Denham
Distribution : ARP Sélection
Durée : 1h24
Genre : Epouvante-horreur , Thriller , Science fiction
Date de sortie : 19 juin 2013

4/5

Quand un réalisateur tel que Barry Levinson (Sleepers, Rain Man ou encore Sphere) s’attaque au found footage, un genre si décrier ces derniers mois, on ne peut qu’être curieux et se précipiter dans la salle de cinéma la plus proche pour voir le résultat. 

Synopsis : La petite ville côtière de Chesapeake Bay doit sa prospérité à l’élément aquatique. Lorsque deux biologistes français relèvent un affolant niveau de toxicité de l’eau et tentent d’alerter le maire, ce dernier refuse de semer la panique dans sa paisible cité. Inaction fatale, puisqu’une épidémie mortelle ne tarde pas à se répandre, qui voit les habitants se transformer en hôtes de parasites mutants qui prennent le contrôle de leurs esprits, tandis que Cheaspeake Bay sombre dans l’horreur…

The-Bay

 

Barry Levinson réinvente le found footage

The Bay est intriguant et pourtant le film part avec un gros argument contre lui, en effet il est produit par Jason Blum et Steven Schneider qui ne sont autre que les producteurs de , gros handicap au départ … Mais le talent de Levinson au service du found footage va opérer dès l’entame et le spectateur entre de plein fouet dans The Bay, et restera happer durant 1h24 !

La force de The Bay est le réalisme qui sort de ces images. Cette histoire de contamination est mise en scène à travers plusieurs documents vidéos soi-disant rassemblés afin de mieux comprendre la catastrophe. C’est ainsi qu’on aura droit à des scènes variées provenant de sources vidéos différentes allant de la caméra de sécurité au camescope en passant par l’équipe de reporters TV de la ville ou la conversation Skype. Le film est donc une mosaïque d’image, un choix assez casse gueule mais qui pourtant reste toujours cohérent, la qualité et la texture des différentes sources étant toujours respectés. De plus les documents s’enchainent avec brio et relancent constamment l’intérêt du film (on ne sait jamais à quoi s’attendre).

thebay_img_15890

 

La narration fonctionne à merveille, la tension monte progressivement alors que le défaitisme s’empare petit à petit des personnages au fur et à mesure de l’avancé de la catastrophe. L’horreur prends place graduellement pour finir dans un bain de sang assez détonnant. Certes la morale pseudo-écologiste n’a rien de très originale mais en revanche le discours sur le manque de réactivité voir l’ignorance dont les autorités font preuves fait froid dans le dos.

Résumé

D’un réalisme effrayant, The Bay réconcilie avec le found footage. Barry Levinson propose un film efficace et prouve qu’il est toujours aussi talentueux. 
Image de prévisualisation YouTube

Articles semblables

Partage

Auteur

Julien

Cet article a été rédigé par Julien Mathon, fondateur et rédacteur du site Critique Film. Lire tous ses articles