Critiques de films Drame — 06 juin 2015
Critique : La Loi du marché

la loi du marché affiche

France, 2015
Titre original : –
Réalisateur :
Scénario : Stéphane Brizé, Olivier Gorce
Acteurs : , Yves Ory, Karine De Mirbeck
Distribution : Diaphana Distribution
Durée : 1h33
Genre : Drame
Date de sortie : 19 mai 2015

Note : 3,5/5

Grâce au prix d’interprétation de Vincent Lindon à Cannes, La Loi du Marché a bénéficié d’un important coup de publicité. Une chance pour le sixième film de Stéphane Brizé tant il est aux antipodes d’un cinéma commercial. Dans ma critique, je ferai plusieurs fois références aux en raison des similitudes avec leur cinéma, une comparaison inévitable. La Loi du marché est un drame social naturaliste comme les affectionnent les deux cinéastes Belges, tourné à la manière d’un documentaire. Dans les thèmes abordés, il rappelle également le cinéma de ou encore de Laurent Cantet. On notera qu’il s’agit du troisième long-métrage en moins d’un an dont le personnage principal est un vigile de supermarché après avec Reda Kateb et avec Olivier Gourmet.

La loi du marché 1

Synopsis : Thierry, 51 ans, commence un nouveau travail après 20 mois de chômage. Face à un dilemme moral, pourra-t-il accepter la dure loi du marché pour garder son emploi ?

Photo 2

Un style documentaire qui fonctionne à merveille

Tourné caméra à l’épaule, La Loi du Marché est un assemblage de longs plans-séquences. Si l’on ne retrouve pas la même maîtrise technique que dans un film Dardennien, notamment dans le rythme intrinsèque aux plans (il y a beaucoup de longueurs inutiles), force est de constater que le style documentaire fonctionne à merveille. Pour l’anecdote, il s’agit du premier film de fiction du chef-opérateur, , qui n’avait travaillé jusque-là que sur des documentaires. L’interprétation subtile et dépouillée de Lindon ainsi que les acteurs à ses côtés, non professionnels, joue une grande part dans cette réussite. D’ailleurs, pour sa troisième collaboration avec Stéphane Brizé, après en 2009 et en 2012, Vincent Lindon tient là l’un de ses meilleurs rôles. Il est juste, émouvant et très humain en français d’une banalité commune, même si l’on peut avoir des réserves sur son prix d’interprétation.

Photo 3

Un monde insensible, cruel et impitoyable

Le scénario est très simple et bien construit, si ce n’est la famille de Thierry dont l’étude reste en surface. Sûrement pour rester au plus près de Thierry, qui fait face à la déshumanisation des rapports humains au travail, prostré devant ses écrans de surveillance (dont les séquences sont d’ailleurs trop longues et vides). Tous les thèmes abordés convergent vers le même constat, celui d’un monde insensible, cruel et impitoyable. Pourtant le film est très humain dans son approche des sentiments, retranscrits avec justesse grâce à la sensibilité de Brizé. Certaines scènes, comme celles du mobile-home ou des interrogatoires, sont criantes de vérité. Dommage qu’à certains moments, le réalisateur en oublie la fiction et s’interdit l’utilisation de tout ressort dramaturgique, souhaitant ne pas s’éloigner de son approche radicale, au détriment de la narration. Comme dans le cinéma des Dardenne, pas de musique, si ce n’est quelques séquences diégétiques et bien choisies, notamment lorsque Thierry danse avec sa femme. Néanmoins on frôle souvent avec le misérabilisme et on regrette le manque d’espoir apporté par le film qui, du coup, manque de puissance.

Photo 4

Conclusion

La Loi du Marché ne plaira pas à tout le monde (j’ai même entendu à la fin de la séance une personne s’exclamer que c’était le pire film qu’elle n’avait jamais vu !) mais il est utile et admirable dans son approche, brute et simple et sa mise en scène exigeante même s’il souffre de la comparaison avec le cinéma des frères Dardenne dont la maîtrise dans ce style reste inégalée. Malgré tout, je le recommande, tant pour le fond que pour la forme, notamment aux amateurs du genre. On ne peut que saluer cette approche exigeante et un naturalisme qui se fait rare au cinéma ainsi que le courage de dénoncer une réalité de notre monde sur laquelle il est bienvenu de nous faire réfléchir.

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Julien

Cet article a été rédigé par Julien Mathon, fondateur et rédacteur du site Critique Film. Lire tous ses articles