Test DVD : Kim Novak, Femme Fatale chez Sidonis

0
300

Si on ne retient en général de la carrière de que son époustouflante prestation dans Sueurs froides, il serait bien erroné de ne réduire sa carrière qu’au chef d’œuvre d’Alfred Hitchcock. De la trentaine de films dans lesquels elle est apparue entre 1954 et 1991, l’éditeur a décidé ce mois-ci d’exhumer deux petites perles des tous débuts de sa filmographie, qui viennent grossir les rangs de sa collection « Film Noir »…

 

 

Du plomb pour l’inspecteur


États-Unis : 1954
Titre original :
Réalisateur :
Scénario : Roy Huggins
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h22
Genre : Policier
Date de sortie cinéma : 11 février 1955
Date de sortie DVD : 19 octobre 2016

 

 

Des braqueurs tuent un vigile avant de prendre la fuite avec leur butin. Un inspecteur infiltré surveille la maîtresse de l’un d’eux. Mais l’amour entre en jeu. Coincé entre gangsters et policiers, sa vie est en jeu…

 

 

On ne joue pas avec le crime


États-Unis : 1955
Titre original : 5 against the house
Réalisateur : Phil Karlson
Scénario : , ,
Acteurs : , , Brian Keith
Éditeur :
Durée : 1h20
Genre : Policier
Date de sortie cinéma : 10 juin 1955
Date de sortie DVD : 19 octobre 2016

 

 

A Reno, deuxième capitale américaine du jeu, quatre amis, vétérans de la guerre de Corée, parient de réussir le braquage de l’un des plus importants casinos de la ville. Leur objectif : franchir toutyes les mesures de sécurité et prendre le butin. Leur plan ne se déroule pas précisément comme prévu

 

 

Véritable joyau oublié du Film Noir, Du plomb pour l’inspecteur (, 1954) permet à de trouver, pour son premier rôle à l’écran, un personnage trouble de « Femme Fatale » tout à fait typique du genre : semant le trouble là où elle passe, elle rendra fou et conduira tous les personnages masculins qu’elle croise vers un destin des plus funestes. Opposant une passion aussi fiévreuse que mortifère au cadre des plus aliénants de la petite vie rangée de l’American way of life, le film de fait grimper crescendo le suspense et la tension, le cadre comme l’intrigue sont resserrés, les acteurs sont formidables (, toujours parfait dans un rôle finalement assez proche de celui qu’il tenait dans Assurance sur la mort dix ans plus tôt), bref, Du plomb pour l’inspecteur est un modèle de construction narrative, jamais manichéenne, qui influencera fortement les frères Coen pour leur Sang pour sang ainsi que pour bon nombre de leurs polars ultérieurs, construits sur le même schéma implacable où chaque nouvel élément intervenant dans le récit met sérieusement en péril le destin des personnages principaux. Une vraie perle de Film Noir, absolument et définitivement indispensable.

 

 

Tourné l’année suivante, On ne joue pas avec le crime (5 against the house, Phil Karlson, 1955) met en scène un groupe de jeunes gens se mettant en tête d’organiser « LE » braquage de casino réputé impossible. y tient un rôle assez secondaire, et le film commence non pas comme un thriller mais plutôt comme une comédie chorale enlevée et plutôt fort bien écrite. C’est dans sa toute dernière ligne droite que le film de Phil Karlson aborde le genre du thriller ; On ne joue pas avec le crime n’est d’ailleurs pas à proprement parler un Film Noir. Il ne met en effet en scène ni gangsters, ni policiers, et encore moins de « Femme Fatale », mais une bande d’étudiants revenant de la guerre de Corée. Jusqu’à sa dernière partie, le film ne prend pas non plus place dans un environnement urbain, élément indissociable du genre – néanmoins, le film de Karlson demeure un excellent petit film de braquage, qui commence dans la bonne humeur et se terminera de façon assez dramatique. La même année qu’On ne joue pas avec le crime, tournera dans rien de moins que Picnic (Joshua Logan) et L’homme au bras d’or (Otto Preminger), qui mettront sans doute un peu le film de Phil Karlson dans l’ombre.

 
on-ne-joue-pas-avec-le-crime-002

 

Les DVD

[4,5/5]

Les deux DVD édités par font indéniablement honneur aux débuts de : techniquement, que cela soit dans le cas de Du plomb pour l’inspecteur ou d’On ne joue pas avec le crime l’éditeur compose habilement avec les qualités et surtout les limites d’un encodage en définition standard ; les contrastes sont excellents, la compression maîtrisée, la définition est précise, l’étalonnage sans bavure, bref, c’est du tout bon. Côté son, VF d’époque et VO sont proposées en Dolby Digital 2.0 mono d’origine dans le cas de Du plomb pour l’inspecteur, uniquement en VO dans le cas d’On ne joue pas avec le crime : aucun souci n’est à déplorer, le tout est clair, net et sans trop de souffle. Bref, ces deux nouveaux DVD de la collection « Film Noir » débarquent dans des éditions très soignées, nous permettant de découvrir les deux films dans d’excellentes conditions.

Du côté des suppléments, outre les traditionnelles bandes-annonces et galeries photo, ces deux « éditions spéciales » nous proposent également de riches présentations du film, à la fois analytiques et riches en anecdotes de tournage, signées Bertrand Tavernier et François Guérif.

Concernant Du plomb pour l’inspecteur, Tavernier revient notamment sur les habiles déplacements des personnages dans le cadre, ou sur la relation d’amour contrariée entre et , cette dernière ne s’étant pas pointée à leur mariage, abandonnant le réalisateur seul sur l’autel. François Guérif insiste quant à lui sur l’importance des deux romans à l’origine du film (Ronde de nuit de Thomas Walsh et Changement de décor de Bill Balinger), et sur les passerelles qui peuvent se créer dans l’esprit du spectateur entre Assurance sur la mort et le film de .

Concernant On ne joue pas avec le crime, le réalisateur de Coup de de torchon souligne le côté verbeux et « ronronnant » du film de Karlson, mais établit tout de même le fait que le cinéaste se « réveille » pour sa dernière partie, plus enlevée et étonnante. Le directeur de la Série Noire revient à nouveau sur le roman dont le film est adapté, Néant à roulettes, signé Jack Finney, mais regrette, tout comme Tavernier d’ailleurs, le côté trop âgé des acteurs (32 ans en moyenne) pour incarner des étudiants, même revenus de la guerre de Corée.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici