Critique sur le film Parasite, un grand succès sud-coréen

0
252

Article sponsorisé

Parasite, un des films sud-coréens les plus acclamés

Réalisé par Bong Joon-Ho, Parasite est un film sud-coréen qui a remporté la palme d’or au Festival de Cannes 2019. Mais ce n’est pas tout, le film a également gagné l’Oscar du meilleur film en 2020 avec l’Oscar du meilleur scénario original ainsi que celui du meilleur réalisateur. Ce succès flamboyant est aisément compréhensible si on analyse toute la splendeur du film, que ce soit dans la mise en scène, le scénario ou les personnages. De plus, le suspense est au rendez-vous et tient les spectateurs en haleine ; un suspense semblable à celui que l’on ressent lors des parties de casino en ligne, de quoi faire frémir. 

Des moyens peu nobles excusés par une extrême pauvreté

Vers le début, nous voyons la petite famille vivant dans une maison modeste. Ils profitent gratuitement du Wi-Fi de leurs voisins sans le moindre scrupule. A priori, cela semble très injuste, mais rapidement sans que l’on n’en prenne conscience, nous nous attachons progressivement aux personnages. Étant donné la misère dans laquelle la famille de Ki-Taek vit, il serait difficile de les condamner pour « parasiter » la connexion d’autrui.

Peu après, le fils rencontre un ami qui lui propose de donner des cours d’anglais à la fille des Park. Pour faire bonne impression auprès de la famille, Ki-Woo n’hésite pas à enrichir son CV de faux diplômes. C’est là que commence l’arnaque. Inconsciemment on espère que le fils ne se fera pas attraper même si nous savons pertinemment que c’est une tromperie.

Voyant l’extrême pauvreté dans laquelle se trouve la famille de Ki-Taek, nous nous disons que s’il a les capacités pédagogiques, il mériterait le poste même s’il n’a pas les diplômes. Ce film fait naître une profonde empathie, il dévoile la misère quotidienne des gens pauvres. Par ailleurs, cette misère aiguë semble excuser les moyens frauduleux utilisés pour survivre.

Une tendance mythomane quasiment sans failles

Même si la famille de Ki-Taek est pauvre, elle est en revanche rusée. Après avoir obtenu le poste, Ki-Woo introduit subtilement dans la conversation Jessica, une psychologue de renommée qui n’est autre que sa sœur. Incroyablement, Ki-Jung plus connue sous le nom de « Jessica » parvient à dompter le petit garçon des Park.

Tous les évènements semblent aller en faveur de la famille de Ki-Taek. Avec leurs mensonges bien préparés, elle parvient aisément à duper la naïve madame Park. Trouvant le chauffeur gênant, Ki-Jung n’hésite pas à lui faire un mauvais coup. En faisant virer le chauffer, elle se débarrasse de ce dernier qu’elle n’aimait pas, et par la même occasion libère un poste pour son père.

Peu après, la mère s’installe aussi dans le domicile en tant que gouvernante. Ils n’ont pas hésité à faire un coup bas à la précédente gouvernante pour la faire renvoyer de son poste. On comprend alors aisément le titre du film. La famille décide de s’implanter petit à petit dans la demeure des Park sous de faux noms et de faux diplômes comme des parasites. Leurs mensonges sont si solides et si bien orchestrés qu’on pourrait croire qu’elle ne se fera jamais attraper.

De la comédie au thriller horrifique

Le grand succès de ce film réside en grande partie dans son imprévisibilité. Au fil du temps, on s’attache aux personnages et on est agité à l’idée que la famille se fasse surprendre. Et tout le long du film, nous ne pouvons ignorer les scènes comiques. Par exemple, lorsque la famille doit se cacher sous une table pendant que Monsieur et Madame Park dorment sur le canapé.

Mais l’ambiance du film tourne à l’horreur vers la fin. La fin est tragique, violente, mais surtout insoupçonnée. Pris d’une colère incontrôlée Ki-Taek s’attaque sauvagement à Monsieur Park puis s’enfuit. Plus tard, Ki-Woo fera tout pour acheter la maison des Park sachant que son père s’y est caché ; une fin triste, mais pleine d’espoir.

——
Le rédacteur Michel Lepage, expert dans le domaine du casino online, rédige sur le site internet de NOX des articles divers, mais toujours bien informés et structurés. Son but ? Aider, avec des conseils et des astuces, les nouveaux joueurs, tout autant que les vétérans, qui s’engagent dans le domaine du casino.

[ARTICLE SPONSORISE]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici