Critique : Casino

0
217

Casino

Etats=Unis: 1995
Titre original : Casino
Réalisation : Martin Scorsese
Scénario : Nicholas Pileggi et Martin Scorsese
Interprètes : Robert de Niro, Sharon Stone, Joe Pesci
Distribution : Universal pictures
Durée : 178 minutes
Genre : Gangster, drame, biopic
Date de sortie en France : 13 mars 1996 

5/5

Il est parfois délicat – presque ironiquement – de décrire le travail et la légende d’un fantastique réalisateur ayant depuis plusieurs décennies, éclaboussé le monde du cinéma de son génie. Martin Scorsese est incontestablement l’une de ces personnes que l’on ancre dans les livres, dans les récits et qui continuera de faire parler de lui en guise de référence dans les prochaines années. Connu pour des films exceptionnels comme Taxi Driver, les Affranchis ou plus récemment Le loup de Wall Street, Scorsese mettait dans « Casino » toutes ses tripes et l’essentiel de sa vie : des origines siciliennes et américaines mêlées au cœur d’un biopic dramatique et intense relatant le crime organisé et la mafia, sous forme de jeux de casino maquillés en véritables combats.

Synopsis : Sam Rothstein que l’on surnomme « Ace » (Robert de Niro) débarque dans le Nevada et plus précisément à Las Vegas, selon les ordres de la mafia de Chicago, maître de tout au début des années 70 et propriétaire d’un établissement de jeu « Tangies » à Vegas. Accompagné par son meilleur ami Nicky Santoro (Joe Pesci), les deux amis gèrent à la perfection le casino, satisfaisant la maison mère criminelle et leurs ambitions personnelles. Les disparités entre les deux protagonistes, la relation de Ace avec la sublime Ginger McKenna (Sharon Stone) et l’adage général autour du jeu et de la mafia vont propulser petit à petit tout ce beau monde dans une descente aux enfers inévitable. 

L’histoire s’appuie ouvertement sur l’histoire de Franck Rosenthal, mafieux envoyé dans les années 70 à Las Vegas pour diriger les casinos possédés par l’une des plus importantes organisations criminelles de tous les temps. 

Dans son élément 

Comme mentionné plus haut, Scorsese continuait de déverser tout son talent sur l’univers du cinéma avec un autre film tourné vers la mafia et le crime organisé. Après Mean Street (1973) et Les Affranchis (1990), il signait d’un nouveau coup de pied dans la fourmilière, un véritable bijou. 

Ses origines baignant et influençant chacun de ses films, Scorsese continuera d’épater les cinéastes dans ce style, comme en témoigne par exemple son dernier film « The Irishman » signant bien volontairement une tétralogie disposée sur plus de 45 ans. Sans surprise, Robert De Niro y trouvera toujours une place de choix au gré d’interprétations majestueuses. 

Une inspiration époustouflante pour un divertissement tout entier 

Par des scènes à la tension indescriptible et au scénario haletant, Martin Scorsese a réussi à populariser – peut-être malgré lui – l’univers du casino et du poker tout entier. Les parties filmées et scénarisées sont d’une violence morale parfois inouïe et le suspense y est toujours à son comble, partie après partie, main après main, mise après mise. Menace après menace. 

Un tel univers scénarisé a donc propulsé ce jeu centenaire, joué par des millions de personnes désormais. Aujourd’hui, le poker en ligne sur 888 est par exemple rondement prisé et c’est sans contestation possible grâce, entre autres, à la popularisation de ce jeu dans de nombreux films, à l’instar de Casino. 

Un succès immense

À ce jour, le film de Martin Scorsese reste une référence absolue, continuant d’inspirer un grand nombre de réalisateurs à succès ou non lorsqu’il s’agit de produire des films autour de la mafia et du monde du casino. La dramaturgie offre une dimension exceptionnelle et prouve à quel point mêler les mondes du casino et de la pègre est d’un point de vue cinématographique, toujours haletant. 

En France, plus de 1,7 millions de personnes sont allées voir le film au cinéma entre sa sortie et ses rediffusions et l’on compte bien évidemment, un nombre encore plus important de personnes ayant découvert et redécouvert ce film devant les plateformes de streaming. 

Le succès commercial fut instantané outre-Atlantique et dans le monde entier, propulsant une fois de plus, ce film à hauteur de référence pour son rendu cinématographique et l’héritage laissé au septième art tout entier. 

Héritage permanent 

Chef d’œuvre absolu, Casino comporte de grandes similitudes avec Les Affranchis, autre masterpiece de Martin Scorsese. L’univers sombre et l’accès dramatique de ce film rendent la sympathie envers les personnages encore moins évidente et laissent un froid sans limite de degré au fil des heures qui passent devant le film. Au cœur de Las Vegas, les douleurs et les méfaits sont toujours maquillés par le côté bling-bling, indissociable de l’attrait que l’on peine parfois à donner à cette ville. Près de 25 ans après sa sortie, Casino continue de se déguster et de languir les plus fervents défenseurs du cinéma.

Article sponsorisé

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici