Festivals News — 07 août 2018
Venise 2018 : la sélection Venezia Classici

En complément de la liste, annoncée fin juillet, des films qui rencontreront pour la première fois leur public lors de leur projection en compétition au prochain , voici celle des dix-huit films restaurés, inclus dans la septième édition de , l’équivalent italien de Cannes Classics. Comme lors des programmes de films du patrimoine passés, un prix sera décerné à la Meilleure restauration, ainsi qu’au Meilleur documentaire sur le cinéma. Le jury de ces prix sera présidé par le réalisateur italien Salvatore Mereu (sélectionné à Venise en 2012 dans la section Orizzonti pour son film Bellas mariposas), qui sera accompagné par vingt-six étudiants italiens en Histoire du cinéma. La 75ème Mostra de Venise se déroulera du 29 août au 8 septembre.

Les films américains

(1964) de Don Siegel, avec Lee Marvin et Angie Dickinson (critique)

Certains l’aiment chaud (1959) de Billy Wilder, avec Marilyn Monroe et Tony Curtis

(1948) de Jules Dassin, avec Barry Fitzgerald et Howard Duff

(1988) de John Carpenter, avec Roddy Piper et Keith David, ressortie française prévue début 2019

(1937) de William A. Wellman, avec Carole Lombard et Frederic March

(1946) de Robert Siodmak, avec Burt Lancaster et Ava Gardner


Les films italiens

(1971) de Luchino Visconti, avec Dirk Bogarde et Björn Andresen

(1981) de Paolo et Vittorio Taviani, avec Omero Antonutti et Margarita Lozano

(1973) de Liliana Cavani, avec Dirk Bogarde et Charlotte Rampling

(1961) de Ermanno Olmi, avec Sandro Panseri et Loredana Detto


Les films européens (France, Russie, Allemagne)

(1962) de Jacques Rozier, avec Jean-Claude Aimini et Daniel Descamps

L’Année dernière à Marienbad (1961) de Alain Resnais, avec Delphine Seyrig et Giorgio Albertazzi, ressortie française le 19 septembre

L’Ascension (1976) de Larisa Shepitko, avec Boris Plotnikov et Vladimir Gostyukhin

Der Golem Wie er in die Welt kam (1920) de Paul Wegener, avec Paul Wegener et Albert Steinrück


Les films venus d’ailleurs (Iran, Mexique, Japon)

Brick and mirror (1964) de Ebrahim Golestan, avec Taji Ahmadi et Zackaria Hashemi

Ce lieu sans limites (1977) de Arturo Ripstein, avec Roberto Cobo et Fernando Soler

Koiya koi nasuna koi (1962) de Tomu Uchida, avec Hashizo Okawa et Michiko Saga

(1956) de Kenji Mizoguchi, avec Machiko Kyo et Aiko Mimasu


Les documentaires sur le cinéma

24 / 25 il fotogramma in piu (Italie) de Giancarlo Rolandi et Federico Pontiggia

Friedkin uncut (Italie) de Francesco Zippel

The Great Buster (États-Unis) de Peter Bogdanovich, sur Buster Keaton

Humberto Mauro (Brésil) de André Di Mauro, sur le pionnier du cinéma brésilien Humberto Mauro

Living the Light Robby Müller (Pays-Bas) de Claire Pijman, sur le chef-opérateur décédé le mois dernier

Nice Girls don’t stay for Breakfast (États-Unis) de Bruce Weber

Women make film A New Road Movie through Cinema (Royaume-Uni) de Mark Cousins

Articles semblables

Partage

Auteur

Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles