http://www.lebenssalz.ch http://www.paulplaza.nl http://www.ostendsurfing.be http://www.qsneaker.nl http://www.wtcbentille.be http://www.thegooddeal.ch http://www.kantoorencreatief.nl
DVD — 13 novembre 2017
Test DVD : Tant qu’il y a de la guerre, il y a de l’espoir

Tant qu’il y a de la guerre, il y a de l’espoir


Italie : 1974
Titre original : Finche c’e guerra, c’e speranza
Réalisation :
Scénario : , , Alberto Sordi
Acteurs : Alberto Sordi, ,
Éditeur : ESC Editions
Durée : 1h57
Genre : Drame, comédie
Date de sortie cinéma : –
Date de sortie du DVD : 26 septembre 2017

 

 

Synopsis : Pietro Chiocca, commerçant milanais de pompes hydrauliques, s’est reconverti dans un commerce plus lucratif, celui des armes à feu, parcourant les pays du Tiers Monde, déchirés par les guerres civiles. Sa famille, déjà aisée et habitant en centre-ville, peut enfin s’installer dans une luxueuse villa avec jardin, comblant ainsi sa femme à laquelle il ne refuse rien. Tout semble aller pour le mieux jusqu’à ce qu’un journaliste dénonce les agissements de Chiocca.

 


 

Le film

[3.5/5]

C’est à un représentant de commerce que Tant qu’il y a de la guerre, il y a de l’espoir est consacré. Un représentant de commerce d’un genre un peu particulier. En effet, Pietro Chiocca, dont le métier consistait à sillonner l’Afrique pour y écouler des pompes hydrauliques pour une société de Stuttgart, avait, un beau jour, complètement transformé son commerce : une guerre civile ayant éclaté dans un des pays dans lesquels il travaillait, tous ses clients avaient annulé leur commande, d’où l’idée consistant à transformer les pompes hydrauliques en lance-flammes. C’est ainsi que Pietro était devenu représentant dans le commerce des armes, collectionnant les pots de vin et les coups tordus avec la concurrence. Que voulez vous ? La famille a des goûts de luxe et Pietro est prêt à tout pour la satisfaire ! Serait-elle prête à le voir revenir à un métier beaucoup plus honorable mais beaucoup moins lucratif ?

Voilà un sujet en or pour Alberto Sordi, un sujet qui lui permet de tirer à vue sur tout ce qui bouge : le commerce des armes, bien sûr, mais aussi la corruption qui règne dans de trop nombreux pays africains et l’hypocrisie au sein de la sacro-sainte famille et dans la bonne société en général. Voilà un film dans lequel le cynisme et l’absence de scrupule sont omniprésents ! Comme l’affirme Pietro à des clients potentiels : « Insurrection, révolution, guerre civile, quels que soient vos problèmes, l’achat d’armes de guerre les résout pour vous ». Certes, tout n’est pas d’une grande légèreté mais qu’importe ! D’autant plus que ce film qui affiche 43 ans d’âge est malheureusement toujours d’actualité.

 

 

On peut se demander pourquoi un tel film qui a rencontré un grand succès en Italie n’a jamais eu droit à une sortie en salles dans notre pays : mystères de la distribution ! On est d’accord, la qualité première de ce film n’est pas d’ordre spécifiquement cinématographique : mise en scène, qualité de la photographie, montage. Non, la force du film réside avant tout dans son sujet et la façon de le traiter. Il réside aussi dans l’interprétation d’Alberto Sordi du rôle de Pietro, rôle dans lequel il doit tout à la fois se montrer odieux et haïssable dans le cynisme et l’absence de morale que demande son métier et d’une grande générosité et même d’une certaine candeur dans ses rapports avec sa famille.

 

 

Le DVD

[2.5/5]

Si on se félicite que ce film puisse enfin être accessible au public français, dans le cadre de la collection Edizione Maestro de ESC Editions, on est obligé de regretter qu’un effort plus important (voire qu’un effort tout court !) n’ait pas été effectué concernant la qualité de l’image : le plus souvent, elle est correcte (sans plus !), mais on observe à plusieurs reprises des défauts au niveau de la couleur, l’apparition de parasites, voire, parfois, des séquences provenant manifestement d’une bobine en mauvais état. Dommage !

Le film peut être visionné en VO sous-titrée, en VF non sous titrée ou en VF avec des sous titres qui reprennent précisément les dialogues en français. Pour chacun de ces choix, le son est en Dolby Digital 2.0.

Mise à part la bande annonce de la collection EDIZIONE MAESTRO, d’une durée de 15 minutes, le DVD bénéficie d’un supplément très intéressant, d’une durée de 14 minutes. Il s’agit d’un entretien avec l’historien du cinéma dans lequel il insiste, entre autre, sur le fait que ce n’est surement pas pour des raisons financières qu’Alberto Sordi s’est lancé dans la réalisation. Stéphane Roux évoque aussi les difficultés rencontrées pour pouvoir tourner le film au Sénégal et le succès que le film a rencontré dans les salles italiennes.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Jean-Jacques

Cet article a été rédigé par Jean-Jacques Corrio, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles