http://www.lebenssalz.ch http://www.paulplaza.nl http://www.ostendsurfing.be http://www.qsneaker.nl http://www.wtcbentille.be http://www.thegooddeal.ch http://www.kantoorencreatief.nl
DVD Thriller — 02 mars 2015
Test DVD : Gone Girl

 

États-Unis, 2014
Titre original : –
Réalisateur :
Scénario : , d’après son roman Les Apparences
Acteurs : , ,
Éditeur : Twentieth Century Fox
Durée : 2h23
Genre : Thriller
Date de sortie cinéma: 8 octobre 2014
Date de sortie DVD : 11 février 2015

 

A l’occasion de son cinquième anniversaire de mariage, Nick Dunne signale la disparition de sa femme, Amy. Sous la pression de la police et l’affolement des médias, l’image du couple modèle commence à s’effriter. Très vite, les mensonges de Nick et son étrange comportement amènent tout le monde à se poser la même question : a-t-il tué sa femme ?

 

Gone girl 6

 

Le film

[4/5]

La sortie en salles de Gone Girl, film de David Fincher, a drainé pas loin de 2 millions de spectateurs dans notre pays. Ce très beau score est la suite logique de tous ceux que ce réalisateur avait déjà enregistrés précédemment, tous ses films (9 avant Gone Girl) ayant dépassé la barre du million de spectateurs français. Gone Girl est l’adaptation cinématographique du roman homonyme écrit par Gillian Flynn, roman dont l’édition française a pour titre « les apparences ». Il se dit que, lorsqu’elle se consacrait à l’écriture de ce livre, Gillian Flynn pensait à une future adaptation cinématographique qui serait réalisée par … David Fincher. Pas étonnant de retrouver Gillian Flynn comme scénariste du film, ce qui d’ailleurs, lui a permis d’enrichir la fin de l’histoire par rapport au roman ! Originaire de Kansas City, Gillian Flynn a situé l’action de son roman à North Carthage, une petite ville imaginaire du Missouri, au bord du fleuve Mississippi. Nous sommes en plein Middle-West, l’Amérique profonde, la crise qui a durement frappé cette région. Vous y mettez un couple ; elle, Amy, new-yorkaise bon ton, connue dans tous les Etats-Unis par le personnage que ses parents ont façonné à partir d’elle dans la série de livres réunis sous le titre « l’épatante Amy » ; lui, Nick, originaire de North Carthage, vaguement journaliste, vaguement professeur. Ils se sont connus à New-York et ils se sont mariés. Ils se sont retrouvés au chômage, la mère de Nick a été touchée par un cancer du sein : on quitte New-York, on va s’établir à North Carthage. Problèmes d’argent, récriminations, infidélité, le couple commence à battre de l’aile. Et voici que le jour du 5ème anniversaire de mariage, Amy disparaît. Très vite, tout accuse Nick. On plutôt, tout et tous accusent Nick. Est-ce une évidence ? N’est-ce pas un peu trop évident ? Astucieusement construit en glissant de nombreux flash-back dans le déroulement de l’histoire, Gone Girl s’avère être, en plus d’un passionnant thriller, une charge sévère de la société américaine : le couple américain en prend pour son grade, mais ce n’est presque rien à côté de la dénonciation des médias, de l’hypocrisie qui, partout, règne en maître, de la police et de la justice, trop souvent à côté de la plaque, n’en jetez plus. La distribution contribue à placer très haut le niveau de ce film avec, en particulier, un Ben Affleck tout en nuances et la britannique Rosamund Pike digne de faire partie de la famille des blondes hitchcockiennes. On ne trouve finalement qu’un défaut à ce film : il emprunte un peu trop souvent le ton et les tics de réalisation des séries télévisées américaines, ce qui n’est pas forcément un compliment. Résultat : on se surprend à ne pas vouloir en perdre une miette pendant près de 2 heures 1/2, tout en ressentant souvent une sorte de malaise face aux nombreuses invraisemblances et à la misogynie ambiante. Au fait, Pascal Le Duff avait écrit sur notre site une excellente critique sur Gone Girl, au moment de sa sortie en salles : c’est le moment d’aller la lire !

 

gone girl 2

 

Le DVD

[4,5/5]

Nul besoin de s’étendre longuement sur la qualité de l’image offerte par 20th Century Fox : le fait de filmer avec la caméra 6K RED Epic Dragon (une première !) qui donne une définition de départ fabuleuse a permis de faire tenir les 2 h 23 que dure le film sur un support DVD 9 (1 face, double couche) sans altération notable de l’image du fait  des compressions inévitables, d’autant plus que le choix a été fait de ne pas rajouter de supplément sous forme d’images. Le film ayant été tourné au format 2.35, on trouve tout naturellement une bande en haut de l’écran et une autre en bas sur un écran 16/9 : on a l’habitude ! Par contre, il y a beaucoup à dire concernant la partie son / sous-titrage. Et du positif ! Tout d’abord, le son Dolby Digital 5.1 est disponible en anglais, en français et en espagnol. Vous me direz, mis à part l’espagnol, c’est le minimum syndical ! D’accord. Le choix des langues de sous-titrage est immense : anglais mal entendants, français, espagnol, danois, néerlandais, finlandais, suédois, norvégien et arabe. Et puis, il y a surtout le seul supplément offert, sans ajout d’images supplémentaires : la possibilité de voir l’intégralité du film avec les commentaires du réalisateur sur chaque scène. Bien sûr, David Fincher s’exprime en anglais mais vous avez le loisir de rajouter le sous-titrage dans une des langues listées plus haut, à l’exception de l’arabe.

 

Film Review Gone Girl

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Jean-Jacques

Cet article a été rédigé par Jean-Jacques Corrio, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles