Test Blu-ray : Warcraft – Le commencement

1
208
Warcraft

– Le commencement

 
États-Unis : 2016
Titre original :
Réalisateur :
Scénario : ,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 2h03
Genre : Fantastique, Aventures, Fantasy
Date de sortie cinéma : 25 mai 2016
Date de sortie DVD/BR : 11 octobre 2016

 

 

Le pacifique royaume d’Azeroth est au bord de la guerre alors que sa civilisation doit faire face à une redoutable race d’envahisseurs : des guerriers Orcs fuyant leur monde moribond pour en coloniser un autre. Alors qu’un portail s’ouvre pour connecter les deux mondes, une armée fait face à la destruction et l’autre à l’extinction. De côtés opposés, deux héros vont s’affronter et décider du sort de leur famille, de leur peuple et de leur patrie…

 

 

Le film

[3,5/5]

Véritable événement dans le petit monde des gamers et des fans d’heroïc fantasy,  : Le commencement prend le parti d’adapter l’univers de World of , c’est-à-dire le MMORPG (ou jeu de rôle en ligne massivement multijoueur) le plus réputé et le plus célèbre jamais créé. Passionnant une vaste communauté de fans et de « no-life » depuis 2004, ce jeu s’est rapidement imposé comme « LA » référence en termes de fantasy, malgré un univers très coloré et kitsch qui était loin de faire l’unanimité à la base.

De cet univers aux couleurs chatoyantes, il ne restera au final à l’écran que la substantifique moelle – quinze années de fantasy cinématographique dominées par les deux trilogies du Seigneur des Anneaux de Peter Jackson ont en effet donné le « la » d’un univers visuellement plus sombre, et  : Le commencement ne dérogera pas à la règle : seuls quelques détails volontiers très kitsch et tape à l’œil demeurent néanmoins, comme autant de clins d’yeux aux fans du jeu vidéo, tels que ces orcs rappelant les soldats cochons gamoréens du Retour du Jedi, ou cette créature mi-femme mi-orc visuellement improbable, affichant en gros une peau verte et les deux canines inférieures qui ressortent.

Pour assurer la réussite de  : Le commencement, il fallait que Blizzard Entertainment et Legendary Pictures aillent chercher le cinéaste le plus « geek » de sa génération, et c’est chose faite avec , fan de science-fiction présent à la fois aux postes de réalisateur et de (co)scénariste. Habile, le cinéaste parvient sans conteste à nous livrer un produit carré, mis en scène avec énergie et même un certain panache ; développe ce qu’il faut de classe visuelle et d’enjeux dramatiques pour emporter sans peine le spectateur jusqu’à un final ouvrant volontairement la voie à une suite. Au final, il s’agit là d’un très honnête divertissement qui convaincra sans trop de peine le spectateur amateur de « fantasy » au cinéma : un pur blockbuster qui fait le taf en proposant de belles séquences guerrières tout et en s’avérant régulièrement assez superbe d’un strict point de vue visuel.

 

 

Le Blu-ray

[5/5]

Le film nous proposant un spectacle visuellement éblouissant, le Blu-ray édité par nous propose fort logiquement une galette HD littéralement somptueuse. La définition n’est jamais prise en défaut, et l’ensemble nous propose un piqué d’une précision absolu doublé d’un niveau de détails tout simplement extraordinaire. Couleurs et contrastes s’affichent aussi sous leur meilleur jour ; en un mot comme en cent il s’agit tout bonnement du top du top en matière de Blu-ray. Côté son, la VO est proposée dans un mixage Dolby Atmos (que les amplis non équipés décoderont en Dolby TrueHD 5.1) tandis que la VF ne s’offre quant à elle qu’un classique Dolby Digital 5.1. En termes de spectacle sonore multi-canal, la VO affiche donc une supériorité assez nette, proposant une spatialisation complètement folle et des basses omniprésentes, en particulier durant les scènes de batailles.

Du côté des suppléments, nous gâte avec une interactivité foisonnante : outre les classiques sélections de scènes coupées et/ou étendues et le traditionnel bêtisier (on y découvre Clancy Brown, acteur de la vieille école, littéralement hilare durant l’enregistrement de la « motion capture »), on trouvera un making of divisé en plusieurs chapitres, ainsi que plusieurs featurettes revenant sur quelques éléments précis de la post-production et de la promo du film (les réactions des fans du jeu, la conception et l’installation des statues de cire au musée de Madame Tussauds, les images avant / après intégration des effets spéciaux visuels par les équipes d’ILM…). On terminera le tour des suppléments avec la bande-annonce de 2013 lancée comme un « teaser » à la communauté des fans, ainsi qu’avec : le lien de fraternité un « motion comic » (ou bande dessinée animée) de presque une heure introduisant le film et son univers.

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici