DVD — 19 mai 2017
Test Blu-ray : Ssssnake

 
États-Unis : 1973
Titre original :
Réalisation : Bernard L. Kowalski
Scénario : Daniel C. Striepeke,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h35
Genre : Fantastique
Date de sortie cinéma : 8 mai 1974
Date de sortie DVD/BR : 9 mai 2017

 

 

David, un jeune étudiant, est engagé comme assistant de laboratoire par le docteur Stoner, un herpétologiste spécialisé dans les serpents. Il ne tarde pas à tomber amoureux de la fille du docteur, tandis que ce dernier décide d’utiliser sur lui un sérum secret, destiné à créer un hybride homme-serpent…

 

 

Le film

[3,5/5]

Rats, serpents, araignées, ours, requins, oiseaux, insectes divers, et même lapins, crapauds, limaces ou vers de terre : dans les années 70 au cinéma, il pleuvait littéralement des animaux sur les écrans, chaque espèce rivalisant de malice pour renverser de façon meurtrière le règne de l’homme. Mais malgré une croyance populaire encore assez tenace, le sous-genre du cinéma fantastique que l’on appelle familièrement le film de « menace animale » n’est pas né en 1975 avec Les dents de la mer. Si le succès du chef d’œuvre de Spielberg a bien ouvert la voie à une véritable déferlante, l’origine du genre serait d’avantage à chercher une douzaine d’années plus tôt, du côté du classique d’Alfred Hitchcock Les oiseaux (1963), qui sera suivi de Willard (Daniel Mann, 1971), Les crapauds (George McCowan, 1972) ou encore du sympathique Ssssnake (Bernard L. Kowalski, 1973) qui nous intéresse aujourd’hui.

Avec son intrigue classique de savant fou, directement héritée de L’île du docteur Moreau d’H.G. Wells, Ssssnake n’entre certes que partiellement dans la catégorie du film de menace animale. Néanmoins, la multiplicité de serpents qu’il donne à voir et surtout l’avertissement en pré-générique, informant le spectateur que tous les serpents vus dans le film sont bien réels et très dangereux le font régulièrement basculer dans cette catégorie de spectacle réjouissant, à la façon d’un lointain cousin de L’horrible invasion de John Bud Cardos. Les serpents seront donc le principal attrait de Ssssnake : les phobiques pousseront de hauts cris de répulsion, et les amoureux de ces petites bestioles à sang froid seront à coup sûr aux anges à la découverte des quelques spécimens qui peuplent le film. Les cinéphiles moins sensibles au charme de ces élégants reptiles se rabattront quant à eux sur l’intrigue, classique, linéaire, mais fort bien ficelée du film, ainsi que sur la mise en scène efficace et sans temps mort de Bernard L. Kowalski, vétéran de la série TV américaine. Dans le même état d’esprit, les effets spéciaux orchestrés par John Chambers (La planète des singes) sont d’une grande sobriété et n’ont, de fait, pas trop vieilli, et demeurent toujours assez impressionnants (surtout la balade dans le freakshow). En deux mots comme en cent, Ssssnake s’avère donc un plaisant petit film fantastique oublié, que Movinside a bien raison de remettre sur le devant de la scène.

 

 

Le Blu-ray

[4/5]

Éditeur relativement récent sur le front de la vidéo en France, Movinside a frappé très très fort dans le cœur des amateurs de cinéma de genre en février dernier, avec la première vague d’une collection appelée « Les  », qui contenait quatre films cultes très attendus des connaisseurs : Corridors of blood (Robert Day, 1958), Soudain les monstres (Bert I. Gordon, 1976), La nuit des vers géants (Jeff Lieberman, 1976) et Nuits de cauchemar (Kevin Connor, 1980). Malheureusement, nous n’avons pas été assez rapides à l’époque pour pouvoir chroniquer ces quatre petits chefs d’œuvres dans les temps. Aussi nous rattraperons-nous avec la deuxième vague des « Trésors du Fantastique », qui vient de débarquer dans les bacs de vos revendeurs, et comportant quatre nouvelles perles orientées fantastique / SF : Monstres invisibles (Arthur Crabtree, 1958), Le cerveau d’acier (Joseph Sargent, 1970), Doomwatch (Peter Sasdy, 1972) et Ssssnake (Bernard L. Kowalski, 1973).

Format 1.85 respecté, master impeccable à la patine un peu old school : Movinside a soigné son transfert Blu-ray de Ssssnake. L’image est globalement belle, stable, bien lumineuse ; tout juste pourra-t-on déplorer un léger « dégrainage » de l’image, le grain argentique s’avérant aux abonnés absents, et limitant de fait la précision du piqué. Côté son, on notera tout d’abord que les dernières minutes du film seront automatiquement proposés en version originale quelle que soit la piste son sélectionnée. Les deux mixages (VF / VOSTF) sont disponibles en Dolby Digital 2.0 mono d’origine, la VO passe globalement mieux dans le rendu des dialogues.

Dans la section suppléments, l’éditeur nous propose une intéressante présentation du film par Marc Toullec, spécialiste du fantastique et ancien rédacteur en chef du magazine Mad Movies. Il y évoque les origines du projet, ainsi que quelques croustillantes anecdotes de tournage.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles