http://www.lebenssalz.ch http://www.paulplaza.nl http://www.ostendsurfing.be http://www.qsneaker.nl http://www.wtcbentille.be http://www.thegooddeal.ch http://www.kantoorencreatief.nl
DVD — 10 mars 2015
Test Blu-ray : Godzilla (1954)

(1954)


Japon : 1954
Titre original :
Réalisateur :
Scénario : , Inoshirô Honda,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h36
Genre : Catastrophe, Fantastique
Date de sortie cinéma : 15 mars 1957
Date de sortie DVD/BR :  10 mars 2015

 

 

Au large des côtes japonaises, plusieurs navires disparaissent mystérieusement. Alertées, les autorités dépêchent une expédition scientifique qui recueille les témoignages de pêcheurs terrorisés. Tous assurent avoir vu un monstre remonté du fond des mers. Lequel s’avère être un dinosaure réveillé par des explosions atomiques. Rasant tout sur son passage, le saurien géant marche sur Tokyo obligeant les forces d’auto-défense à intervenir…

 

 

Le film

[5/5]

Quand Inoshirō Honda réalisait Godzilla en 1954, il ne mesurait probablement pas l’impact extraordinaire qu’aurait le film sur la culture de son pays, et sur la culture populaire mondiale dans les soixante ans qui suivraient. Film initiateur d’une série d’une trentaine de longs-métrages mettant en scène le lézard géant dont le dernier date tout juste de l’année dernière, et d’un nombre incalculable de déclinaisons ou influences, Godzilla a marqué le Septième Art au fer rouge. Premier film du genre « Kaiju Eiga » (genre japonais mettant en scène un ou des monstres géants), le film de Honda est rentré de plein pied dans la culture populaire, au point que presque tout le monde l’identifie, souvent sans même avoir vu un seul film le mettant en scène.

Réponse tardive et conscientisée au King Kong américain de Cooper et Schoedsack (1933), Godzilla nait des plaies d’un pays ravagé par les bombes nucléaires lâchées sur Hiroshima et Nagasaki (1945) et incarne à lui seul, à l’aide d’un type en costume de lézard écrasant des maquettes Tokyoïtes, le péril atomique. Sérieux, solennel, le film de Honda tente d’éveiller les consciences et met sur la table un dilemme moral quant à la course au nucléaire et aux différents recours à la science dans le but de détruire, d’annihiler l’homme et la nature. Venant d’un pays ayant souffert par deux fois de la destruction par la bombe H, ce questionnement paraît tout sauf illégitime.

Mais si Godzilla a autant marqué son temps, c’est que le film s’avère également réellement impressionnant pour son époque. Si les effets spéciaux ont naturellement pris un coup de vieux, voir ce monstre géant avancer lourdement sur un Tokyo en flammes marquera à coup sûr toujours autant les esprits soixante ans après, d’autant que le film est généreux en destructions de masse et ne rechigne pas à dévoiler sa créature, qui apparaît dés la vingtième minute du film. Un grand classique.

 

 

Le Blu-ray

[5/5]

C’est HK Vidéo qui nous permet aujourd’hui de revoir, ou devrait-on dire re-découvrir ce Godzilla version 1954. Et on ne pourra que tirer notre chapeau à l’éditeur, qui nous livre un master assez superbe, et très similaire à celui édité par le prestigieux label Criterion aux États-Unis. La copie retrouve un éclat inédit, avec un grain cinéma respecté aux petits oignons, et des contrastes finement travaillés. La restauration a nettoyé le plus gros des rayures et autres griffes disgracieuses, et propose une image d’une stabilité remarquable. Côté son, l’éditeur nous propose à la fois la version originale en DTS-HD Master Audio 2.0 mono, sans souffle ni bruits parasites, mais également le doublage français d’origine (1957). Le film étant proposé en version intégrale, certains passages n’ont jamais été doublés et repassent automatiquement à la V.O Les dialogues sont parfaitement clairs, et les sous-titres ne souffrent d’aucun problème particulier.

Côté suppléments, HK Vidéo fait très fort, puisque, outre une galerie photo et une série de bandes-annonces « Kaiju Eiga », l’éditeur nous propose de découvrir, également en haute définition et en DTS-HD Master Audio 2.0 mono VOST la suite du film, Le retour de Godzilla (Oda Motoyoshi, 1955). Soit une façon de prolonger le plaisir pendant encore 1h17 et permettra aux néophytes de se familiariser avec deux des films les plus intéressants mettant en scène le monstre géant japonais. Du grand Art.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles