http://www.lebenssalz.ch http://www.paulplaza.nl http://www.ostendsurfing.be http://www.qsneaker.nl http://www.wtcbentille.be http://www.thegooddeal.ch http://www.kantoorencreatief.nl
DVD — 12 mars 2018
Test Blu-ray : En marge de l’enquête

En marge de l’enquête

 
États-Unis : 1947
Titre original :
Réalisation :
Scénario : ,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h40
Genre : Policier, Thriller, Film Noir
Date de sortie cinéma : 3 septembre 1947
Date de sortie DVD/BR : 6 mars 2018

 

 

Le Capitaine Murdock et le sergent Johnny Drake sont deux militaires de retour de guerre pour recevoir une médaille d’honneur. Sur le quai de la gare de Washington Drake disparait. Plus tard Rip’ Murdock apprend la mort de son ami, et il enquête sur l’accident de voiture. Il se rend alors au Santuary Club pour rencontrer sa femme Coral « Dusty » Chandler dite « douceur » (en français) avec un parfum de jasmin…

 

 

Le film

[3,5/5]

Si par essence, le genre du Film Noir pourra volontiers être considéré comme déjà très enclin à la misogynie d’une façon générale, certains films s’illustrant dans le genre s’affirmeront tout particulièrement comme de vibrants plaidoyers machistes qui auraient de quoi, avec le recul, faire s’arracher les cheveux à tou(te)s les féministes. Sorti sur les écrans en 1947, En marge de l’enquête fait partie de cette poignée de films proposant une « réflexion » sur la place de la femme dans la société qui pousse tellement le bouchon au niveau de la provocation que l’on en viendrait presque à douter de son sérieux. Pourtant, le film de John Cromwell, écrit par Oliver H.P. Garrett et Steve Fisher, ne quitte jamais les rails du premier degré et, encore pire, donne finalement dans le déroulement de son intrigue tout à fait raison au personnage d’Humphrey Bogart, qui s’avérait être le protagoniste ayant proféré tout au long du film une longue série d’énormités concernant l’abjection et la perfidie intrinsèques à la nature profonde de la « Femme ».

Vous l’aurez donc compris : toute l’intrigue d’En marge de l’enquête s’articule autour du personnage de Coral « Dusty » Chandler, interprété par Lizabeth Scott. Tous les hommes de l’intrigue gravitent autour de cette « Femme Fatale » par excellence, dans le sens où elle sème la mort partout dans son sillage parfumé au jasmin. Beaucoup d’entre eux n’y survivront d’ailleurs pas, s’imposant comme autant de pions ou de rouages « remplaçables » au cœur d’une impitoyable machination destinée à lui offrir sa place au soleil. Maladivement manipulatrice, folle à lier, cette femme donnera du fil à retordre au personnage de héros de guerre, droit dans ses bottes, incarné par Humphrey Bogart – il s’agit d’ailleurs probablement de l’un des rôles les plus « douloureux » de la carrière de l’acteur : malmené, frappé, drogué, torturé, son personnage en prendra littéralement plein la gueule tout au long du métrage, ce qui, il faut bien l’admettre, est assez inhabituel de la part d’un acteur qui avait plus l’habitude de distribuer les mandales que de les recevoir.

Formellement soigné, sans temps mort et interprété avec conviction par Humphrey Bogart et Lizabeth Scott, En marge de l’enquête s’avère donc une belle « petite » réussite dans le registre du Film Noir. Si bien sûr on ne pourra aujourd’hui s’empêcher de sourire devant les théories sur les femmes avancées par Bogart avec le plus grand des sérieux (il y affirme que les femmes devraient être réduites à une taille de quelques centimètres pour se glisser dans les poches des hommes, et, in fine, ne retrouver leur taille normale que pour « l’amour »), l’ensemble est suffisamment attachant, maitrisé et passionnant pour remporter une franche adhésion.

 

 

Le Blu-ray

[4/5]

En marge de l’enquête débarque aujourd’hui en Blu-ray sous les couleurs de Sidonis Calysta, et vient grossir les rangs de la très riche « Collection Film Noir » de l’éditeur. Le master est proposé en 1080p, et la restauration est globalement réussie ; l’image manque certes un peu de stabilité, surtout durant la première bobine du film, mais le tout est encodé avec soin, et le film de Cromwell tire régulièrement son épingle du jeu avec un excellent niveau de détails et des contrastes ciselés évitant noirs bouchés et image terne ; ce sont en particulier les gros plans sur les visages des acteurs qui impressionneront par leur précision et leur définition. Bon point pour l’éditeur : l’image ne semble pas avoir subi de filtrage numérique, et possède donc un grain argentique parfaitement respecté. Côté son, VO et VF d’origine ne sont pas traitées sur un pied d’égalité. La version française, incomplète et souffrant d’un peu de souffle, passera régulièrement à la version originale, qui de toutes façons s’imposera comme la piste de référence grâce à son rendu ouvert et ample, d’une parfaite efficacité. Les dialogues sont intelligibles, la musique perce sans (trop de) saturation, et la piste est globalement très propre. Toutes deux sont proposées en DTS-HD Master Audio 2.0 et mono d’origine.

Du côté des suppléments, on trouvera les traditionnelles présentations du film, assurées par François Guérif et Patrick Brion. Comme bien souvent, on préférera l’enthousiasme amusé de Guérif à l’évocation hésitante du film par Patrick Brion. Le directeur de la « Série Noire » se remémore par exemple avoir évoqué avec James Cromwell la carrière de cinéaste de son père au moment de la sortie en salles de L.A. Confidential ; ce dernier lui aurait confié qu’En marge de l’enquête était probablement le film préféré de John Cromwell au sein de sa carrière.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles