À la une DVD — 30 juin 2018
Test Blu-ray : Chucky – Jeu d’enfant

– Jeu d’enfant

 
États-Unis : 1988
Titre original : –
Réalisation :
Scénario : , , Tom Holland
Acteurs : , ,
Éditeur : ESC Éditions
Durée : 1h29
Genre : Horreur
Date de sortie cinéma : 5 avril 1989
Date de sortie DVD/BR : 3 juillet 2018

 

 

Abattu par la police et sur le point de rendre son dernier souffle, le serial killer Charles Lee Ray transfère, grâce au vaudou, son esprit dans une poupée Brave Gars, le dernier jouet à la mode. Si, baptisée Chucky, elle fait le bonheur du petit Andy, six ans, la poupée révèle bientôt sa nature maléfique, multipliant les victimes. Prisonnier de son enveloppe de plastique, Charles Lee Ray n’attend plus qu’une chose : changer au plus vite de corps. Et Andy lui semble tout indiqué comme donneur involontaire…

 

 

Le film

[3,5/5]

Le succès d’un film au box-office, et la façon dont tel ou tel long-métrage va enflammer, à plus ou moins long terme, l’imagination des spectateurs, conserve sans conteste une part de mystère, d’inexplicable. Ainsi, on en vient parfois à se demander comment certains films moyens -voire carrément mauvais- ont pu générer un tel engouement auprès du public. Si l’on prend un peu de recul et que l’on regarde les grandes figures « mythiques » du cinéma fantastique par exemple (les Freddy, Michael Myers, Jason, Chucky et autres Wishmaster…), on se rend vite compte qu’à l’exception du cas Halloween, la plupart de ces boogeymen célèbres se sont surtout démarqués à travers des « suites » plus folles, plus généreuses et plus imaginatives (en un mot plus réussies) que les films originaux.

Jeu d’enfant fait indéniablement partie de cette série de films un peu bancals, attachants mais à moitié ratés, ayant cependant engendré la naissance d’un personnage de boogeyman culte, à savoir le tristement célèbre Chucky, serial killer coincé dans le corps d’une poupée en plastique.

 

 

Si le point de départ semble, sur le papier, assez absurde et comique, il est surprenant de constater que la carte de l’humour ne sera pas réellement jouée à plein régime avant le quatrième volet de la saga, réalisé en 1998 ; dans Jeu d’enfant, le traitement de l’intrigue choisi par Tom Holland et Don Mancini reste relativement sérieux, l’humour intervenant seulement en de rares occasions et par petites touches, se concentrant essentiellement sur l’absurdité de la nature du tueur, poupée Brav’Gars jurant comme un charretier, mordant et donnant des coups de couteau dans les mollets de ses victimes (sic) tout en traînant dans les bas-fonds d’un Chicago photographié de façon angoissante, le film n’hésitant pas à violemment critiquer le système capitaliste américain, avec ses employés devant courber l’échine pour garder leur boulot et ses laissés pour compte s’adaptant également à une logique capitaliste dans le but de survivre.

Bref, Chucky ne rit pas encore ouvertement, et Jeu d’enfant aborde son sujet par le biais d’une optique un poil trop premier degré, refusant les gros gags qui viendront dans les films suivants et rendront petit à petit la poupée tueuse tout simplement incontournable. En l’état, le film de Tom Holland s’avère tout de même un bon petit slasher, un peu décalé et globalement attachant (principalement grâce à la personnalité de Brad Dourif qui « incarne » la poupée), pas franchement génial mais pas honteux non plus, loin de là. On notera que le scénar imaginé par Don Mancini avait probablement été fortement influencé par La poupée diabolique (Lindsay Shonteff, 1964) et La poupée de la terreur (Dan Curtis, 1975) et que suite au succès du film, on verrait débarquer dès l’année suivante le très amusant Puppetmaster (David Schmoeller, 1989), qui comptabilise à ce jour 16 suites ou spin-offs et un reboot.

 

 

Le Blu-ray

[4,5/5]

C’est à ESC Éditions que l’on doit d’enfin redécouvrir Jeu d’enfant, le premier film de la « saga » Chucky. Comme à son habitude, l’éditeur français nous livre un Blu-ray de grande qualité. Le travail de restauration 4K a été fait de façon scrupuleuse, en respectant le grain d’origine ainsi que la patine de couleurs du film, la définition est précise, la galette propose un beau piqué et les noirs sont profonds. Côté son, VF et VO sont mixées en DTS-HD Master Audio 2.0 d’origine, et les deux mixages s’avèrent étonnamment dynamiques au regard de leur âge. Du beau travail.

Du côté des suppléments, l’éditeur nous propose, outre la présence d’un livret inédit de 24 pages signé Marc Toullec placé au cœur d’une édition limitée en boîtier Mediabook, tout d’abord une présentation de la saga « Chucky » par Caroline Vié. La sympathique journaliste revient avec l’entrain et la bonne humeur qu’on lui connait sur la carrière de Don Mancini, placée sous le signe de la poupée Brav’Gars. Elle n’hésite pas, en quelques occasions, à critiquer ouvertement le « mercantilisme » organisé par Mancini autour de sa propre création, construit comme une entreprise familiale, mais reconnait des qualités à l’ensemble de son œuvre ; elle regrette cependant que Don Mancini ait fait le choix de prendre les rênes de la réalisation des films à partir du Fils de Chucky. On pourra, bien sûr, ne pas partager ce point de vue (on n’est pas loin de considérer ce film comme le meilleur de la saga, et on s’est également largement enthousiasmé à la sortie du Retour de Chucky à l’automne dernier, qui apporte enfin des perspectives nouvelles à une saga au bord de l’essoufflement), mais on ne pourra que reconnaitre que cet avis est clairement argumenté. On continuera avec un entretien avec Laurent Aknin, qui revient en un peu moins de vingt minutes sur l’histoire des poupées maléfiques au cinéma. C’est très intéressant, et même assez passionnant, Aknin proposant par ailleurs une lecture pour le moins enthousiaste du film. Enfin, on se régalera également d’un entretien avec Tom Holland, réalisateur du film, qui reviend sur la genèse et la réalisation du film aux côtés de Don Mancini. Il s’agit d’une interview récente, réalisée en 2018, et le cinéaste assure même une présentation de quelques secondes que vous pourrez choisir de visionner en introduction du film. On terminera avec la traditionnelle bande-annonce.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles