DVD — 13 juillet 2018
Test Blu-ray : Call me by your name

 
États-Unis, France, Italie, Brésil : 2017
Titre original : –
Réalisation :
Scénario :
Acteurs : Armie Hammer, ,
Éditeur :
Durée : 2h12
Genre : Drame
Date de sortie cinéma : 28 février 2018
Date de sortie DVD/BR : 4 juillet 2018

 

 

Été 1983. Elio Perlman, 17 ans, passe ses vacances dans la villa du XVIIe siècle que possède sa famille en Italie, à jouer de la musique classique, à lire et à flirter avec son amie Marzia. Son père, éminent professeur spécialiste de la culture gréco-romaine, et sa mère, traductrice, lui ont donné une excellente éducation, et il est proche de ses parents. Sa sophistication et ses talents intellectuels font d’Elio un jeune homme mûr pour son âge, mais il conserve aussi une certaine innocence, en particulier pour ce qui touche à l’amour. Un jour, Oliver, un séduisant Américain qui prépare son doctorat, vient travailler auprès du père d’Elio. Elio et Oliver vont bientôt découvrir l’éveil du désir, au cours d’un été ensoleillé dans la campagne italienne qui changera leur vie à jamais…

 

 

Le film

[4,5/5]

« Renouveler le genre assez commun de la première histoire d’amour n’est guère aisé. Luca Guadagnino y parvient magistralement avec Call me by your name, quête initiatique solaire, portée par un jeune acteur bouleversant (…), et réalise ce qui devrait rester comme l’un des films les plus émouvants sortis en 2018. Il dépeint avec pudeur et sensibilité une relation qui pourrait être dérangeante et ne l’est jamais.

Le récit se déroule à un rythme nonchalant, à l’image de l’été chaud et léger qui va bouleverser la vie de ces deux jeunes hommes, qui apprennent à devenir des adultes libres et indépendants. Sous une façade d’indolence, ce sont des sentiments plus grands que nature qui se dévoilent sous nos yeux. D’abord hostile à leur hôte, Elio guette sa présence avec une constance croissante. Oliver semble le fuir, puis s’en rapprocher aussi. La montée en puissance est patiente, approcher l’autre est un combat de tous les instants encore aujourd’hui, mais surtout à une époque où l’homosexualité était un des plus grands tabous de nos sociétés. La vérité des émois fébriles du duo se dévoile dans les regards détournés ou plus assumés entre Armie Hammer et Timothée Chalamet. Leur jeu retenu suffit à dévoiler des tourments intérieurs passionnés. La caméra se faufile autour d’eux et dans les lieux qu’ils fréquentent ensemble ou chacun de leur côté.

Timothée Chalamet, franco-américain plus que prometteur, est en lice pour l’Oscar du meilleur acteur, une rareté à son âge. Les émotions contradictoires qui défilent sur son visage pendant le générique de fin dénotent un talent déjà affirmé. La vitalité de l’atmosphère dans la demeure ancienne et si vivante repose sur un attachement viscéral à la connaissance et à la culture comme sources de découvertes du monde et de l’autre.

Le français, l’anglais et l’italien alternent dans les dialogues de cette Tour de Babel chaleureuse. Une belle œuvre qui parle tout simplement d’amour et de la peine qui l’accompagne parfois, celle qui vous fait grandir et apprécier d’y avoir goûté, quel que soit le coût. Michael Stuhlbarg est un père compréhensif qui, lors d’un monologue magnifique, saisira toute la difficulté de se dévoiler à voix haute. L’écriture finement ciselée est signée de James Ivory, bientôt 90 ans (Les vestiges du jour), qui a adapté un roman d’apprentissage écrit par , publié en France sous le titre Plus tard ou jamais. »

Critique de notre rédacteur en chef Pascal le Duff.

 

 

Le Blu-ray

[4,5/5]

Côté Blu-ray, la sublime photo du film signée par le thaïlandais Sayombhu Mukdeeprom pour Call me by your name est réellement magnifiée par un transfert aux petits oignons signé Sony Pictures : le master affiche une forme insolente, le piqué et le niveau de détail sont très satisfaisants, tout est fait pour que l’on s’extasie devant les compositions de plans imaginées par Luca Guadagnino. Niveau son, comme d’habitude chez l’éditeur, VF et VO sont proposées dans des mixages DTS-HD Master Audio 5.1 habilement spatialisés : l’immersion est totale, les effets d’ambiance sont discrets mais nombreux, et le rendu acoustique affiche finalement une ampleur inattendue – même si, bien sûr, on n’est pas chez Michael Bay et le Blu-ray du film ne servira pas de disque de « démo » afin d’impressionner vos amis quant aux possibilités tonitruantes de votre installation Home Cinema. On privilégiera naturellement la VO, ne serait-ce que pour apprécier à sa juste valeur la performance générale du casting – et surtout pour se laisser happer par la vague d’émotion véhiculée par le film…

Dans la section suppléments, le Blu-ray édité par Sony Pictures nous propose de découvrir, outre un très agréable et informatif commentaire audio de Timothée Chalamet & Michael Stuhlbarg, un très intéressant making of qui reviendra rapidement sur l’histoire de la production du film, le récit, les personnages, ou encore les performances des acteurs. Luca Guadagnino y reviendra également sur son choix, de plus en plus inhabituel de nos jours, de tourner en 35mm. On continuera ensuite avec une conversation avec Armie Hammer, Timothée Chalamet, Michael Stuhlbarg et Luca Guadagnino, qui permettra à nouveau aux acteurs et au réalisateur de s’exprimer, notamment sur le tournage et le travail d’adaptation du livre d’André Aciman. On terminera avec un clip vidéo de « Mystery of love » par Sufjan Stevens (chanson nominée aux Oscars) et les traditionnelles bandes-annonces.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles