wildwins office 2016 key Office 2016 Product Key Office Professional Plus 2016 Key validkeyshop cheap-windows-10-product-key
Retour sur le palmarès des Emmy Awards 2014

La 66ème cérémonie des , les Oscars de la télévision US vient de s’achever avec peu de surprises dans les lauréats des séries comique et dramatique mais bien plus dans les téléfilms et mini-séries. Bilan d’une soirée répétitive… encore une fois.

L'équipe de Breaking Bad

L’équipe de Breaking Bad

Les grands vainqueurs de cette année resteront donc la troisième saison de Sherlock avec sept et Breaking Bad avec six. Mais c’est bien la série considérée comme l’une des plus grandes de l’Histoire de la télévision américaine qui a marqué cette soirée avec son record personnel en une seule cérémonie. Breaking Bad n’avait remporté jusque-là que 10 trophées en six ans, ne gagnant celui de la meilleure série pour la première fois que l’an dernier alors que pour ne citer qu’un exemple, en avait reçu 17 (essentiellement techniques), plus un 18ème cette année pour ses décors.

Benedict Cumberbatch et Martin Freeman dans Sherlock : his last vow

Benedict Cumberbatch et Martin Freeman dans Sherlock : his last vow

Après The Dick Van Dyke Show, The Mary Tyler Moore Show, Barney Miller, Upstairs Downstairs, Tout le monde aime Raymond et Les Sopranos, Breaking Bad est la septième série primée pour sa dernière saison. Si Rian Johnson était absent de la liste des nommés des réalisateurs de série dramatique pour l’épisode emblématique Ozymandias, sa scénariste a été honorée. Le créateur de la série Vince Gilligan, nommé comme réalisateur du pilote en 2009 et du final cette année n’aura finalement été primé qu’en tant que producteur.

Cary Joji Fukunaga (Kevin Winter/Getty Images North America)

Cary Joji Fukunaga (Kevin Winter/Getty Images North America)

Son principal adversaire, True Detective, ne pourra que regretter s’être porté candidat parmi les séries dramatiques, ses chances étaient manifestement plus grandes parmi les téléfilms et mini-séries. L’anthologie dont chaque saison sera une histoire finie (comme American Horror Story en lice parmi les mini-séries – une distinction de catégories absurde, donc) avait reçu quatre prix techniques et doit se contenter du prix du réalisateur de série dramatique, remis à Cary Joji Fukunaga (Sin Nombre au cinéma) qui en avait signé les huit épisodes, une rareté saluée par ce trophée.

Côté comédies, beaucoup vont regretter la cinquième victoire consécutive de Modern Family qui égale ainsi le record unique de Frasier, aucune série dramatique n’ayant reçu aussi souvent ce prix, Hill Street Blues, La Loi de Los Angeles, À la Maison Blanche (The West Wing) et Mad Men se limitant à 4. La série permet à Gail Mancuso de remporter pour la deuxième année consécutive le prix de la meilleure réalisatrice, la série ayant remporté ce prix pour la quatrième fois de suite.

Vince Gilligan, Anna Gunn et Bryan Cranston (Invision/AP)

Vince Gilligan, Anna Gunn et Bryan Cranston (Invision/AP)

Répétitions encore avec les comédiens primés cette année. Côté séries dramatiques, retour sur scènes pour le trio vedette de Breaking Bad avec Bryan Cranston, Aaron Paul et Anna Gunn qui remportent respectivement leurs quatrième, troisième et deuxième prix pour leurs rôles de Walter White, Jesse Pinkman et Skyler White plus deux autres pour Cranston en tant que producteur de la série. Dans sa catégorie, il égale le record de (New York Police Blues) alors qu’Aaron Paul établit un record dans la sienne dépassant ainsi Michael Conrad (Hill Street Blues), Larry Drake (La Loi de Los Angeles), Stuart Margolin (Deux cents dollars plus les frais) et Ray Walston (Un drôle de shérif / Picket Fences).

Aaron Paul (Invision/AP)

Aaron Paul (Invision/AP)

Pour The Good Wife, est primée pour la deuxième fois trois ans après sa première victoire pour cette série. Elle avait reçu le prix du second rôle pour la première saison d’Urgences en 1995. Chaque année depuis sa création, la série a reçu au moins un prix pour l’une de ses actrices, les autres étant Archie Panjabi en second rôle en 2010, Martha Plimpton puis Carrie Preston en 2012 et 2013 en guests.

Jim Parsons (Axelle/Bauer-Griffin)

Jim Parsons (Axelle/Bauer-Griffin)

Julie Louis Dreyfus (Frazer Harrison/Getty Images North America)

Julie Louis Dreyfus (Frazer Harrison/Getty Images North America)

Côté comédies, guère de nouveautés également, Jim Parsons égale avec quatre trophées les records de Carroll O’Connor (All in the family), Michael J. Fox (Sacrée famille, Spin City) et Kelsey Grammer (Frasier), reçoit son troisième de suite pour Veep (sans compter les deux autres pour Seinfeld et Old Christine) et Ty Burrell son deuxième pour Modern Family qui a gagné cette catégorie quatre fois en cinq saisons, les deux autres statuettes revenant à Eric Stonestreet, le vétéran Ed O’Neill (Mariés, deux enfants) n’a toujours rien eu et n’était même pas en lice cette année. Enfin, si Allison Janney est primée pour la première fois pour Mom qui en est à sa première saison, elle a déjà reçu cinq autres prix dont un cette année pour (guest dans une série dramatique) et quatre pour À la Maison Blanche. Elle est à égalité avec Art Carney, Tim Conway, Carl Reiner et Tyne Daly et juste derrière Edward Asner et Mary Tyler Moore (7) et Cloris Leachman (8). Elle est la première actrice à remporter deux trophées en tant qu’interprète la même année depuis Stockard Channing en 2002, second rôle de téléfilm et de série dramatique (À la Maison Blanche).

Ty Burrell (Kevin Winter/Getty Images North America)

Ty Burrell (Kevin Winter/Getty Images North America)

Allison Janney (Invision/AP)

Allison Janney (Invision/AP)

Ce qui est dommage avec ces répétitions ad vitam eternam est de constater que de grands noms dans de grands personnages sont privés de trophées largement mérités : Jon Hamm et Christina Hendricks (Mad Men), (Parks & Recreations) ou Jim Carter et Joanne Froggatt (Downton Abbey) pour ne citer que ceux qui ont perdu au moins trois fois pour leurs rôles respectifs, sans oublier ceux qui ne sont même plus nommés ou ne l’ont jamais été. Scott Wilson (The Walking Dead), Jake Huston (Boardwalk Empire), Dean Norris (Breaking Bad) ou Ron Perlman (Sons of Anarchy) n’ont même pas été nommés pour leur dernière saison.

Mark Ruffalo (Invision/AP)

(Invision/AP)

La victoire de The Normal Heart et était attendue, le premier permettant d’ailleurs à Brad Pitt de réaliser un joli doublé (aux côtés de sa partenaire Dede Gardner au sein de la compagnie Plan B Entertainment), après l’Oscar du meilleur film pour 12 years a slave. Jason Blum (Paranormal Activity) et Mark Ruffalo sont également coproducteurs du téléfilm.

Steven Moffat (Kevin Winter/Getty Images North America)

Steven Moffat (Kevin Winter/Getty Images North America)

De vraies surprises ont pourtant émaillé le reste de la soirée, au détriment de ces deux programmes qui n’ont gagné au total que deux prix pour le premier (l’autre étant pour… le maquillage, une déception surtout pour l’auteur Larry Kramer) et trois pour le deuxième avec les Emmys du réalisateur et du casting.

Colin Bucksey pour Fargo

Colin Bucksey pour Fargo

Le dernier épisode de la troisième saison de Sherlock avait déjà surpris en remportant quatre prix techniques et il transforme largement l’essai avec trois prix supplémentaires ce soir avec les prix du scénario, remis à Steven Moffat, à qui l’on doit Queer as folk et la modernisation de Dr Who, du meilleur acteur et second rôle de téléfilm pour Benedict Cumberbatch et Martin Freeman (Sherlock et le docteur Watson) battant Billy Bob Thornton (Fargo) et Matt Bomer (The Normal Heart) donnés favoris par les experts. Jessica Lange gagne un deuxième Emmy en tant qu’actrice principale pour la troisième saison (intitulée Coven) de l’anthologie American Horror Story et deux ans après sa toute première victoire en guest de comédie pour Mon oncle Charlie, sa partenaire Kathy Bates bat les favorites Allison Tolman (Fargo) et (The Normal Heart).

Jessica Lange (Alberto E. Rodriguez/Getty Images North America)

Jessica Lange (Alberto E. Rodriguez/Getty Images North America)

Kathy Bates (Kevin Winter/Getty Images North America)

Kathy Bates (Kevin Winter/Getty Images North America)

En gagnant le prix du scénario de comédie pour Louie, Louis C.K. remporte le cinquième trophée de sa carrière sur ses trente nominations réparties dans les catégories d’interprète, d’auteur (seule catégorie où il a gagné) et de réalisateur dont 25 depuis 2011 !

Louis C.K. (Invision/AP)

Louis C.K. (Invision/AP)

La séquence In memoriam a notamment honoré la mémoire des comédiens Ralph Waite (The Waltons, NCIS où il était le père de Mark Harmon alias Gibbs), Paul Walker, Maximilian Schell, Mesach Taylor, , , Ann B Davis (la famille Brady), Eli Wallach, Peter O’Toole, Philip Seymour Hoffman, David Brenner, Shirley Temple, Efrem Zimbalist Jr, Carmen Zapata (Santa Barbara où elle était la mère du policier Castillo joué par A Martinez), Ruby Dee, Mickey Rooney, Sid Caesar, Elaine Stritch, Lauren Bacall, James Garner, Joan Fontaine, Bob Hoskins (hommage), des auteurs, réalisateurs et acteurs Paul Mazursky et Harold Ramis, de l’auteur et poétesse Maya Angelou, du cascadeur Hal Cooper ainsi que de Robin Williams (hommage) auquel Billy Crystal a rendu un bref et éloquent hommage.

http://youtu.be/UljNDz7jiOg

Enfin, à signaler parmi les grands moments d’une soirée animée très correctement par Seth Meyers, le numéro musical de Weird Al Yancovic, Jimmy Fallon tentant de s’approprier le prix de Stephen Colbert (et celui-ci jouant le jeu parfaitement en soufflant son discours à l’oreille du voleur) et le micro-trottoir de Bill Eichner aux côtés de l’animateur Seth Meyers que personne n’a reconnu.

au centre : Jimmy Fallon et Stephen Colbert

au centre : Jimmy Fallon et Stephen Colbert

Les prix des Creative Emmy Awards avec ce lien.

Les nominations des 66ème Emmy Awards avec ce lien.

 

Aaron Paul, Anna Gunn et Bryan Cranston (Frazer Harrison/FilmMagic)

Aaron Paul, Anna Gunn et Bryan Cranston (Frazer Harrison/FilmMagic)

Articles semblables

Partage

Auteur

Pascal Le Duff

Cet article a été écrit par Pascal Le Duff, rédacteur en chef cinéma sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles