http://www.lebenssalz.ch http://www.paulplaza.nl http://www.ostendsurfing.be http://www.qsneaker.nl http://www.wtcbentille.be http://www.thegooddeal.ch http://www.kantoorencreatief.nl
Comédie Critiques de films — 05 mars 2012
Hasta la vista

Belge : 2011
Titre original : Hasta la vista
Réalisateur :
Scénario : Pierre De Clercq
Acteurs : , ,
Distribution : Les
Durée : 1h53
Genre : Comédie dramatique
Date de sortie : 7 mars 2012

Globale : [rating:3][five-star-rating]

Il est probable que ce film va se voir affublé du qualificatif d’Intouchables belge. Pas totalement faux puisque, ici aussi, il s’agit d’une comédie dont le sujet central est le handicap. En tout cas, ce film a obtenu un énorme succès en Flandre et a glané de nombreuses récompenses dans les festivals auxquels il a participé. , présent au Festival de Montréal, l’a vu presque par hasard. Emballé par ce film, il a décidé que sa société Les Films 13 le distribuerait en France.

Synopsis : impossible d’avoir une vie sexuelle pour ces 3 amis amateurs de bon vin : l’un est paraplégique, l’autre aveugle, le troisième confiné sur une chaise roulante. Aussi, lorsque Philip, le paraplégique, apprend qu’il existe en Espagne un bordel spécialisé dans les services aux handicapés, ils n’ont plus qu’une idée en tête : s’y rendre !

Hasta la vista, photo du film

La sexualité des handicapés

Philip, Jozef et Lars sont 3 amis pour qui la vie n’est pas facile : le premier est paraplégique, le second non voyant et le 3ème confiné sur sa chaise roulante en raison d’une maladie dégénérative. Ils ont une passion commune : les bons vins. Grâce à cette passion, grâce, aussi, à des parents aimants, ils arrivent à avoir une existence presque normale. A un détail près : l’absence de vie sexuelle ! Aussi, lorsqu’ils apprennent l’existence en Espagne de El Cielo, une « maison » spécialisée dans l’aide sexuelle aux handicapés, ils imaginent très vite un plan qui puisse leur permettre de se rendre dans cette « maison » non seulement sans leurs parents mais sans même que ceux-ci connaissent le véritable motif du voyage : une excursion sur la route des vins hispaniques servira de prétexte et un accompagnateur, infirmier diplômé, permettra de convaincre les parents ! Bien entendu, comédie oblige, tout ne va pas se dérouler exactement comme prévu et c’est finalement avec une francophone obèse et en catimini que le trio va prendre la route de l’Espagne.

L’art de trouver de bons sujets

Le réalisateur flamand Geoffrey Enthoven a de la suite dans les idées : son film précédent  Meisjes (The Over the Hill Band), jamais sorti en France, racontait déjà l’histoire de 3 personnages : 3 septuagénaires, guettées par la maladie d’Alzheimer, qui se mettent en tête de remonter le groupe musical de leur jeunesse. L’idée de Hasta La Vista, il l’a trouvée dans la véritable histoire de Asta Philpot, un américain tétraplégique vivant en Angleterre,  militant pour le droit des handicapés à la sexualité. Bonne pioche : Asta Philpot a accepté d’agir comme consultant pendant le tournage. Par contre, le choix des comédiens a été plus délicat : après avoir recherché pendant un an et demi de véritables handicapés pour jouer les rôles des 3 comparses, le réalisateur a choisi l’option consistant à prendre de vrais acteurs non handicapés. Afin de mieux comprendre les problèmes rencontrés du fait de son handicap par son personnage, un des comédiens a passé six semaines à se déplacer en public dans un fauteuil roulant. Il a alors noté deux types de comportements chez les personnes rencontrées : soit on refuse de voir les personnes handicapées, soit on leur jette des regards de pitié. Cette expérience lui a permis de mieux exprimer l’agressivité de son personnage.

Hasta la vista, la photo du film

Une comédie sympathique

On sait que ce sujet de la sexualité des handicapés fait l’objet de débats très âpres, presque toujours rattachés au débat plus général sur la prostitution. Le cinéma l’avait déjà abordé, ne serait-ce que dans le film Nationale 7 de Jean-Pierre Sinapi. Ici, c’est le ton de la comédie qui l’emporte, une comédie plutôt  sympathique qui mélange émotion, moments subtils et gags parfois assez gras. Belgique oblige, la guéguerre entre flamands et wallons pointe son nez avec Claude, l’accompagnatrice wallonne, qui prétend ne pas comprendre le flamand et avec qui les premiers rapports sont plutôt tendus. Dans un cinéma belge d’une belle richesse, Geoffrey Enthoven ne pointe pas en tête en ce qui concerne la qualité de la réalisation mais il a l’art de mettre en lumière des sujets originaux et très intéressants et c’est déjà pas mal.

Résumé

En France, puis maintenant dans d’autres pays, Olivier Nakache et Eric Toledano ont réussi à attirer un énorme public avec Intouchables, film dans lequel on sent qu’ils ont tout fait pour en brider la partie comique : tant mieux pour eux ! Dans Hasta La Vista, Geoffrey Enthoven s’est un peu plus lâché, sans pour autant aller vers des extrémités rédhibitoires. Même si son film n’aura sûrement pas le succès de Intouchables, il est, tout comme ce dernier, d’une qualité honorable, ni plus, ni moins.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=w-EPQEnGJyo[/youtube]

Articles semblables

Partage

Auteur

Jean-Jacques

Cet article a été rédigé par Jean-Jacques Corrio, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles