http://www.lebenssalz.ch http://www.paulplaza.nl http://www.ostendsurfing.be http://www.qsneaker.nl http://www.wtcbentille.be http://www.thegooddeal.ch http://www.kantoorencreatief.nl
News — 06 octobre 2017
George Clooney lauréat de l’AFI Life Achievement Award 2018

Le prochain lauréat de l’ est un homme qui a de nombreux talents, puisqu’il s’agit de l’acteur, réalisateur, producteur et scénariste américain . La décision de la vénérable institution responsable de l’une des plus hautes distinctions du cinéma américain, l’American Film Institute, a été annoncée hier, tandis que la soirée festive n’aura lieu à Los Angeles que l’année prochaine, le 7 juin 2018 pour être exact. Clooney succède à l’actrice Diane Keaton, honorée cet été entre autres en compagnie de Woody Allen, Steve Martin, Meryl Streep et Martin Short. Il est le 46ème lauréat, depuis la création du prix en 1973, et le neuvième célèbre – et célébré – à la fois pour son travail devant et derrière la caméra, après Orson Welles, John Huston, Gene Kelly, Sidney Poitier, Clint Eastwood, Barbra Streisand, Warren Beatty et Mel Brooks.

La carrière de George Clooney a commencé très modestement dans les années 1980, avec de nombreux seconds rôles à la télévision et de rares apparitions au cinéma, par exemple dans Le Retour des tomates tueuses de John De Bello. Sa trajectoire professionnelle allait radicalement changer au milieu des années ’90, grâce au rôle du médecin Doug Ross dans la série à succès « Urgences », à laquelle il était resté fidèle pendant une centaine d’épisodes jusqu’à la fin de la décennie. En parallèle, il entamait un parcours de cinéma un peu plus sérieux, même si ses premiers films majeurs, de Une nuit en enfer de Robert Rodriguez à Le Pacificateur de Mimi Leder, en passant par Un beau jour de Michael Hoffman et Batman & Robin de Joel Schumacher, suivaient tout de même une vocation principalement commerciale. Dès le tournant du siècle, Clooney soignait toutefois de plus en plus sa filmographie, grâce à ses collaborations avec des réalisateurs aussi prestigieux que Steven Soderbergh (Hors d’atteinte, Ocean’s Eleven et Solaris), Terrence Malick (La Ligne rouge), David O. Russell (Les Rois du désert), les frères Coen (O’Brother), ainsi que Wolfgang Petersen (En pleine tempête).

En 2002, il réalise son premier film, Confessions d’un homme dangereux avec Sam Rockwell et Drew Barrymore, une expérience qui lui convenait si bien, qu’il l’a renouvelée à cinq reprises depuis, à travers Good night and good luck avec David Strathairn et Patricia Clarkson, Jeux de dupes avec Renee Zellweger et John Krasinski, Les Marches du pouvoir avec Ryan Gosling et Philip Seymour Hoffman, Monuments Men avec Matt Damon et Cate Blanchett et son dernier, Bienvenue à Suburbicon avec Damon et Julianne Moore, qui sortira en France début décembre. Avec ses amis de longue date Steven Soderbergh, puis Grant Heslov, il a également été un producteur avisé dès la même époque, rendant au moins partiellement possibles les films de réalisateurs aussi variés que Stephen Herek (Rock star), Christopher Nolan (Insomnia), Todd Haynes (Loin du paradis), Gregory Jacobs (Criminal), Rob Reiner (La Rumeur court), Richard Linklater (A Scanner darkly), Steven Soderbergh (The Informant), Ben Affleck (Argo – Oscar du Meilleur Film en 2013), John Wells (Un été à Osage County) et David Gordon Green (Que le meilleur gagne). Il lui est également arrivé de produire des films dans lesquels il jouait, tels que Syriana de Stephen Gaghan, Michael Clayton de Tony Gilroy, The American de Anton Corbijn et Money monster de Jodie Foster.

En dehors des films déjà cités, George Clooney était plus récemment de même à l’affiche dans respectivement trois films des frères Coen (Intolérable cruauté, Burn after reading et Ave César) et de Steven Soderbergh (Ocean’s Twelve, The Good German et Ocean’s 13), ainsi que dans In the air de Jason Reitman, Les Chèvres du Pentagone de Grant Heslov, Fantastic Mr. Fox de Wes Anderson, The Descendants de Alexander Payne, Gravity de Alfonso Cuaron et A la poursuite de demain de Brad Bird.

Malgré son assez jeune âge – il aura 57 ans au moment de la cérémonie de l’American Film Institute –, George Clooney n’en est plus à son premier prix honorifique près, puisqu’il avait reçu le César d’honneur plus tôt cette année des mains de Jean Dujardin, ainsi que le prix Cecil B. DeMille de la presse étrangère de Hollywood il y a deux ans. Nommé huit fois aux Oscars, avec la distinction d’avoir obtenu ces citations dans pas moins de six catégories différentes, il en a gagné deux, en tant que Meilleur acteur dans un second rôle pour Syriana en 2006 et en tant que producteur du Meilleur Film Argo en 2013. De ses douze nominations aux Golden Globes, il en a remporté trois, comme Meilleur acteur comique dans O’Brother en 2001, Meilleur acteur dans un second rôle pour Syriana en 2006 et Meilleur acteur dramatique dans The Descendants en 2012. Il a été nommé trois fois à l’Emmy et a reçu un prix honorifique de la part de l’Académie de la télévision américaine en 2010 pour son engagement humanitaire. Il a gagné trois prix du National Board of Review en tant que Meilleur acteur, un prix des critiques de New York dans la même catégorie, ainsi que treize nominations de ses confrères dont quatre Screen Actors Guild Awards consécutifs en tant que membre du Meilleur ensemble pour « Urgences ».

Articles semblables

Partage

Auteur

Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles