wildwins office 2016 key Office 2016 Product Key Office Professional Plus 2016 Key validkeyshop cheap-windows-10-product-key
News — 31 octobre 2016
Exposition : De Méliès à la 3D : la machine cinéma (Cinémathèque française)

Un petit aperçu des nombreuses caméras exposées

« De Méliès à la 3D » : un beau programme que nous vend la !

En effet, jusqu’au 29 janvier un est consacrée à l’évolution de la technique cinématographique (la « machine cinéma ») de la création du medium à nos jours. Si le sous-titre de l’ est un peu réducteur (on nous y rappelle que la 3D n’est pas un phénomène nouveau, bien au contraire !), il n’en est rien une fois sur place. Plus généraliste, l’ est moins grande (et moins touchante) que celles auxquelles j’ai pu assister les années précédentes, c’est-à-dire celles consacrées à François Truffaut et à Martin Scorsese. Mais c’est dans une salle immense que nous pouvons déambuler parmi des dizaines de , qui illustrent les différents évolutions qu’à connu le septième art depuis sa création. Du 8mm au 70mm, du Technicolor à l’IMAX, du son à la couleur, tout est expliqué assez clairement pour apprendre des choses quelques soient nos connaissances sur le sujet. Par exemple, d’innombrables formats de pellicules sont rangés dans une vitrine et commentés pour qu’on puisse visualiser les différences entres les dans la suite de l’exposition.

En plus d’affiches d’époque vantant les mérites techniques de différents films, le tout est ponctué d’extraits de films. Idée lumineuse, le début de l’exposition est illustrée par une projection en argentique du Mépris de Jean-Luc Godard, tandis que la fin est illustrée par des extraits de films tournés en numérique, comme le magnifique Melancholia de Lars Von Trier ou Gravity d’Alfonso Cuaron. Au final, l’exposition ne choisit pas de « camp » entre argentique et numérique, et ne regrette pas une évoque qui semble révolue. On finit d’ailleurs regarder un court-métrage en réalité virtuelle, via le dispositif du google cardboard, qui permet de visionner des films en VR grâce à son portable et à une sorte de boite en carton, dont le coût revient à quelques euros. Une technologie qui n’en est qu’à ses balbutiements, mais qui prouve s’il le fallait que le cinéma, art technique s’il en est, évolue et se renouvelle sans cesse …

Quoi de mieux qu'une projection argentique du Mépris pour accueillir les visiteurs ?

Quoi de mieux qu’une projection argentique du Mépris pour accueillir les visiteurs ?

catalogue

Le catalogue de l’exposition :

Comme d’habitude, la Cinémathèque édite un catalogue permettant de retrouver à la fois les objets exposés, mais aussi des commentaires (voire des interviews) assez longs.

Ici, l’ouvrage est richement illustré de toutes sortes de photos, de schéma et d’archives en lien avec l’évolution technique / technologique des matériels de captation. Une évolution décrit chronologiquement, de quoi prolonger l’exposition en l’approfondissant !

Prix : 35 euros

 

L’écran japonais : 

Dans le même temps, vous pourrez visiter une nouvelle salle du musée de la Cinémathèque exposant jusqu’en juin 2017 des archives en lien avec le : croquis, affiches, costumes, photos ; bref de nombreux objets viennent compléter temporairement le musée permanent du cinéma. Incontournable vu le prix (2 euros en plus du prix de l’exposition) !

Une salle du musée, exclusivement remplie de trésors venus de pays du soleil levant

Une salle du musée, exclusivement remplie de trésors venus de pays du soleil levant

Articles semblables

Partage

Auteur

Nicolas Santal

Cet article a été rédigé par Nicolas Santal, rédacteur de Critique-film.fr