chrome hearts the windows 7 ultimate product key you typed is invalid for activation parajumpers web store chrome hearts canada goose outlet online canada goose youth price
À la une Action Critiques de films — 15 février 2013
Die Hard : belle journée pour mourir

affiche

États-Unis : 2013
Titre original :
Réalisateur :
Scénario : Skip Woods
Acteurs : , , ,
Distribution : Twentieth Century Fox France
Durée : 1h36
Genre : Action
Date de sortie : 20 février 2013

Globale : [rating:1][five-star-rating]

Après un quatrième épisode en mode mineur (à l’image de 58 minutes pour vivre) mais qui restait plutôt sympathique et en rien honteux, logiquement la saga accouche aujourd’hui d’un nouvel opus. John McClane revient pour mettre quelques raclées et démolir la Russie cette fois. Coupons court à tout suspens : c’est plutôt mauvais.

Synopsis :  est de retour dans son rôle le plus mythique : John McClane, le « vrai héros » par excellence, qui a le talent et la trempe de celui qui résiste jusqu’au bout.
Cette fois-ci, le flic qui ne fait pas dans la demi-mesure, est vraiment au mauvais endroit au mauvais moment après s’être rendu à Moscou pour aider son fils Jack, qu’il avait perdu de vue. Ce qu’il ignore, c’est que Jack est en réalité un agent hautement qualifié de la CIA en mission pour empêcher un vol d’armes nucléaires. Avec la mafia russe à leur poursuite et la menace d’une guerre imminente, les deux McClane vont découvrir que leurs méthodes radicalement différentes vont aussi faire d’eux des héros que rien ne peut arrêter.

trio

Une histoire de famille

Si on commence tout de suite à en faire la liste cela risque de faire mal mais soit, premier gros problème de ce Die Hard 5 : son scénario ou plutôt son absence de scénario. Les enjeux sont expédiés au bout de cinq minutes montre en main : McClane part en Russie pour soutenir son fils lors d’un procès alors qu’il ne l’a pas vu depuis des années, l’occasion, après sa fille dans l’épisode précédent, de retrouver son rejeton et réunir sa famille. Donc logiquement le prochain portera sur son ex-femme !

Le film dégouline de ces bonnes intentions tout du long nous rappelant sans cesse cet enjeu comme épée de Damoclès au détriment du reste. Et malheureusement la relation père/fils que l’on veut nous vendre ne fonctionne pas du tout. La faute à un enchaînement de situations sans intérêt ne servant qu’à la repentance du père et à l’adoucissement du fils. joue parfaitement les gros durs fermés mais se montre incapable de convaincre en dehors du carcan d’action-boy musculeux, et transforme en caricature le personnage qui l’a rendu célèbre. Pour cacher la pauvreté de cette ligne directrice, l’équipe a enrobé le tout de scènes d’actions, techniquement irréprochables mais froides ;  deux-trois scènes drôles, mais surtout des dialogues visant à « creuser » (et enterrer) la relation père-fils. Même les scènes comiques sont ratées : celle où McClane et junior sont pris en otages fait même peine à voir, on ressent comme un malaise. Pour maintenir une action trépidante et garder un semblant de référentiel de temps, le réalisateur a préféré expédier son film à toute vitesse sans s’encombrer de fioritures. Il confond de fait dynamisme et simplisme : certes en 1h30 on ne s’ennuie pas mais on ne s’amuse pas non plus ! Die Hard est transformé en un objet froid et statique enfonçant sa légende.

Alors bien sûr il y a amplement pire que ce petit film d’action lambda : comme on l’a dit les pures scènes d’action sont classes et valent le détour, plutôt jouissives et totalement maîtrisées (la course poursuite en voiture notamment). La photographie est plutôt belle dans son piqué comme dans ses couleurs particulièrement dans les scènes de nuit sur la fin. Et le plaisir de voir Willis encore et toujours dans les bottes de McClane coupable. Mais cet épisode ne peut que mettre en colère les fans de la première heure : Piège de Cristal était un précurseur du film d’action à unité de lieu ; Belle journée pour mourir est juste quelconque, technique, suffisant. Aucun brio, aucun génie, juste une caricature. Pour qui vit dans une grotte et prend tout ça en cours, cela devrait cependant vous suffire !

sexy

 

Résumé

Même le retour de Schwarzy dans Le Dernier Rempart était plus réussi. Il faut peut-être penser à euthanasier le pauvre McClane ?
Image de prévisualisation YouTube

Related Articles

Share

About Author

Nicolas B

Cet article a été rédigé par Nicolas Balazard, Responsable adjoint de Critique Film. Twitter : @NicoBalazard