wildwins office 2016 key Office 2016 Product Key Office Professional Plus 2016 Key validkeyshop cheap-windows-10-product-key
Nécrologie News — 09 novembre 2016
Décès du chef opérateur Raoul Coutard

raoulcoutard

Le chef opérateur français est décédé hier soir près de Bayonne. Il était âgé de 92 ans. Responsable de la photo de plus de 50 films, Coutard s’était fait surtout un nom grâce à sa collaboration soutenue avec sur des chefs-d’œuvre sublimes comme , et Pierrot le fou, ainsi qu’en chef opérateur attitré de la Nouvelle vague. Il s’était également essayé à la mise en scène, entre autres avec .

aboutdesouffle

Raoul Coutard s’est d’abord confronté à l’image en tant que photographe en Indochine, pour le Service de presse et d’information de l’armée française, puis en tant que reporter pour des magazines. C’est en 1952 à Hanoï qu’il fait la connaissance de Pierre Schoendoerffer, qui lui donnera son premier emploi pour le cinéma sept ans plus tard, lors du tournage en Afghanistan du documentaire La Passe du diable. Raoul Coutard collabore encore avec Schoendoerffer sur Ramuntcho et Pêcheur d’Islande, avant de faire la rencontre décisive de sa carrière avec l’ancien critique et réalisateur débutant Jean-Luc Godard. Son style de tournage improvisé ne gêne pas le chef opérateur, qui éclaire alors certains de ses films majeurs, des mythiques A bout de souffle et Le Mépris, en passant par Une femme est une femme, Vivre sa vie, Le Petit soldat, Les Carabiniers, Bande à part, Une femme mariée, Alphaville, Pierrot le fou, Made in U.S.A., 2 ou 3 choses que je sais d’elle, La Chinoise et Week end, jusqu’à Passion et Prénom Carmen – Lion d’or au Festival de Venise en 1983.

julesetjim

En parallèle, à partir des années ’60, Raoul Coutard devient le maître de la photo de la Nouvelle vague, travaillant alors avec les cinéastes majeurs du mouvement, tels que François Truffaut (Tirez sur le pianiste, , La Peau douce et ), Jacques Demy (Lola), Jean Rouch (Chronique d’un été), Pierre Kast (Vacances portugaises) et son fidèle ami Pierre Schoendoerffer (La 317ème section). Progressivement, dès le milieu des années ’60, à partir de Un monsieur de compagnie de Philippe De Broca, Coutard se tourne vers des films plus accessibles. Parmi eux, on peut citer jusqu’à la fin de la décennie Je vous salue mafia et L’Espion de Raoul Lévy, Le Marin de Gibraltar de Tony Richardson et L’Horizon de Jacques Rouffio.

crabetambour

En 1970, Raoul Coutard tourne le premier de ses trois films : le drame d’enfants vietnamiens Hoa-Binh, nommé à l’Oscar du Meilleur Film étranger l’année suivante. Il renouvelle à deux reprises l’expérience, dix ans plus tard à travers avec Bruno Cremer et Jacques Perrin, puis grâce à S.A.S. à San Salvador avec Miles O’Keefe. A la même époque et jusqu’à la fin de sa vie professionnelle active, il est le chef opérateur recherché de réalisateurs tels que Costa-Gavras ( – Oscar du Meilleur Film étranger en 1970 – et ), Edouard Molinaro (La Liberté en croupe, Les Aveux les plus doux, Le Gang des otages et ), Pierre Schoendoerffer (Le Crabe-tambour), Richard Dembo ( – Oscar du Meilleur Film étranger en 1985), Christine Pascal (La Garce), Nagisa Oshima (), José Pinheiro (Ne réveillez pas un flic qui dort et La Femme fardée), Jean-Pierre Mocky (Il gèle en enfer), Philippe Garrel (La Naissance de l’amour, Le Cœur fantôme et Sauvage innocence) et Guillaume Nicloux (Faut pas rire du bonheur).

raoulcoutardcinematheque2007

Raoul Coutard a été nommé à deux reprises au César de la Meilleur photo, pour Le Crabe-tambour et Passion. Il l’a gagné pour le premier en 1978. Il a été nommé au BAFTA de la Meilleure photo en noir et blanc en 1968 pour Le Marin de Gibraltar. Le Festival de Venise lui a attribué le prix de la Meilleure contribution technique en 1983 pour Prénom Carmen. Il avait reçu le prix équivalent à Cannes l’année précédente pour Passion. En tant que réalisateur de Hoa-Binh, il a gagné le prix Jean Vigo et le prix de la Meilleure première œuvre au Festival de Cannes. La Cinémathèque Française lui avait consacré une rétrospective au printemps 2007.

Articles semblables

Partage

Auteur

Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles