wildwins office 2016 key Office 2016 Product Key Office Professional Plus 2016 Key validkeyshop cheap-windows-10-product-key
Nécrologie News — 31 juillet 2017
Décès de l’acteur Sam Shepard

L’acteur et scénariste américain est décédé le 27 juillet dans le Kentucky de la maladie de Charcot. Il était âgé de 73 ans. D’abord un auteur de pièces de théâtre très prisées dans les cercles iconoclastes de l’Off Broadway, Shepard s’était fait également un nom au cinéma à partir de la fin des années ’70, grâce à ses nombreuses interprétations de figures d’autorité ou autres rôles paternels.

En tant que scénariste, sa première activité créative, il était responsable de de Michelangelo Antonioni, – Palme d’or au Festival de Cannes en 1984 – et Don’t come knocking de Wim Wenders, Fool for love de Robert Altman, ainsi que de ses propres films Far North et Le Gardien des esprits. Il avait par ailleurs gagné le convoité prix Pulitzer en 1979 pour sa pièce « L’Enfant enfoui ». Même s’il avait continué à écrire jusqu’à très récemment, Sam Shepard est surtout connu du grand public à travers la cinquantaine de films dans lesquels il tenait pendant près de quarante ans surtout des rôles secondaires.

Il avait décroché son premier rôle de poids en 1979 dans le chef-d’œuvre de Terrence Malick . Il continue à se produire devant la caméra à un rythme mesuré mais régulier, dans des films comme Résurrection de Daniel Petrie, L’Homme dans l’ombre de Jack Fisk, Frances de Graeme Clifford, L’Etoffe des héros de Philip Kaufman, Country Les Moissons de la colère de Richard Pearce, Fool for love de Robert Altman et Crimes du cœur de Bruce Beresford. Progressivement, il apparaît de plus en plus dans des films commerciaux, à l’exception de son rôle principal dans The Voyager de Volker Schlöndorff, tels que Baby boom de Charles Shyer, Potins de femmes de Herbert Ross, Sans aucune défense de Martin Campbell, Cœur de tonnerre de Michael Apted, L’Affaire Pélican de Alan J. Pakula et Safe passage de Robert Allan Ackerman.

A partir des années 2000, Sam Shepard tient essentiellement des rôles soit de pères acariâtres, en colère, voire suicidaires, soit de représentants de l’autorité militaire ou policière pas toujours sans reproche. Il a néanmoins fait preuve d’un flair remarquable en termes commerciaux ou de prestige, puisque parmi ses films pendant ces quinze dernières années se trouvent La Neige tombait sur les cèdres de Scott Hicks, Hamlet de Kenneth Branagh, De si jolis chevaux de Billy Bob Thornton, de Sean Penn, de Dominic Sena, de Ridley Scott, N’oublie jamais de Nick Cassavetes, Don’t come knocking de Wim Wenders, Furtif de Rob Cohen, Bandidas de Joachim Rønning et Espen Sandberg, The Return de Asif Kapadia, L’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford et Cogan Killing them softly de Andrew Dominik, Un mari de trop de Griffin Dunne, Brothers de Jim Sheridan, Fair game de Doug Liman, de Mateo Gil, Freeway et nous de Lawrence Kasdan, Sécurité rapprochée de Daniel Espinosa, Mud Sur les rives du Mississippi et de Jeff Nichols, Un été à Osage County de John Wells, de Scott Cooper et de Jim Mickle. Il avait joué un ultime rôle de patriarche dans la série Netflix « ».

Sam Shepard a été nommé à l’Oscar du Meilleur acteur dans un second rôle pour L’Etoffe des héros en 1984. Pour le téléfilm « Dash and Lily » de Kathy Bates, il a été nommé au Golden Globe et à l’Emmy en 1999. Il a été nommé au Screen Actors Guild Awards pour le téléfilm « Ruffian » de Yves Simoneau et en tant que membre du Meilleur ensemble pour Un été à Osage County. Enfin, le scénario de Paris Texas lui avait valu une nomination aux BAFTAs. Il a été mariée avec l’actrice O-Lan Jones (Miss Peregrine et les enfants particuliers), puis a été en couple avec l’actrice doublement oscarisée Jessica Lange (« American Horror Story ») pendant plus d’un quart de siècle jusqu’en 2009.

Articles semblables

Partage

Auteur

Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles