http://www.lebenssalz.ch http://www.paulplaza.nl http://www.ostendsurfing.be http://www.qsneaker.nl http://www.wtcbentille.be http://www.thegooddeal.ch http://www.kantoorencreatief.nl
Nécrologie News — 12 février 2018
Décès de l’acteur John Gavin

L’acteur américain est décédé le 9 février à Beverly Hills. Il était âgé de 86 ans. Un jeune premier prometteur au début des années 1960, à l’affiche de classiques signés Douglas Sirk, Alfred Hitchcock et Stanley Kubrick, n’a finalement participé qu’à un nombre réduit de films, suivis par quelques apparitions à la télévision. Il a su se renouveler à partir des années ’70 en acceptant des postes prestigieux, tels que la présidence de la Screen Actors Guild et le poste d’ambassadeur américain au Mexique.


John Gavin était arrivé au métier d’acteur presque par hasard, grâce au contrat proposé à la fin des années ’50 par le studio Universal, qui souhaitait le positionner comme le nouveau Rock Hudson. Après quelques rôles secondaires, il figurait pour la première fois en haut de l’affiche en 1958 pour l’épopée de guerre Le Temps d’aimer et le temps de mourir de Douglas Sirk. Pendant une période relativement courte, il allait décrocher d’autres rôles importants dans des films mémorables. Il était ainsi l’amant de Lana Turner dans le mélodrame suprême , également réalisé par Sirk, l’amant, toujours, de Janet Leigh dans le chef-d’œuvre de Alfred Hitchcock , ainsi que Julius Caesar dans le péplum de Stanley Kubrick avec Kirk Douglas. En même temps, il avait aussi joué dans Un scandale à la cour de Michael Curtiz avec Sophia Loren et de David Miller aux côtés de Doris Day.


Après trois autres films, Romanoff et Juliette de Peter Ustinov, Les Lycéennes de Harry Keller et Histoire d’amour de David Miller, il faisait une transition quelque peu précoce et pas non plus couronnée de succès à la télévision. A la fin des années ’60, il était revenu ponctuellement au cinéma, de façon concrète à travers la comédie musicale Millie de George Roy Hill, la parodie de Renzo Cerrato, Jean-Pierre Desagnat et André Hunebelle et l’adaptation de Giraudoux de Bryan Forbes, et plus hypothétiquement, puisque les producteurs de James Bond lui avaient proposé le rôle mythique suite à l’échec de George Lazenby dans Au service secret de sa majesté de Peter Hunt. Gavin avait déjà accepté – et avait apparemment aussi été payé –, quand il a été écarté à la dernière minute, en raison du retour de Sean Connery dans Les Diamants sont éternels de Guy Hamilton.


John Gavin avait gagné le Golden Globe du Meilleur espoir masculin en 1959 pour Le Temps d’aimer et le temps de mourir, aux côtés du récemment décédé Bradford Dillman dans Le Temps de la peur et de Efrem Zimbalist jr. dans Une femme marquée. Il avait été élu à la tête du puissant syndicat américain des acteurs de cinéma, la Screen Actors Guild, pour un mandat de 1971 à ’73. Après l’élection de son confrère Ronald Reagan à la présidence des États-Unis en 1981, John Gavin avait été nommé au poste d’ambassadeur au Mexique, qu’il avait occupé jusqu’en 1986. Il était marié depuis 1974 à l’actrice (Shock corridor).

Articles semblables

Partage

Auteur

Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles